Le Massachussetts responsabilise les intimidateurs

Au Massachussetts, des parents en sont venus à une entente hors cours pour un montant de 225,000$ à la suite d’une plainte déposée devant la Massachusetts Commission Against Discrimination, parce que les parents estimaient que l’école fréquentée par leur fille Phoebe Prince n’avait rien fait pour l’aider lorsque cette dernière était devenue la victime d’intimidation ce qui avait eu comme conséquence, que n’en pouvant plus de supporter la situation, elle avait mis fin à ses jours à l’âge de 15 ans.

Le motif de cet harcèlement pratiqué par cinq adolescent(e)s était que Phoebe sortait avec deux garçon à la fois. Les adolescents fautifs ayant reconnus leur culpabilité à des accusations criminelles de harcèlement ont été condamnés à une probation ainsi qu’à des travaux dans la communauté.

Au Massachussetts, grâce à la loi “Dignity for Every Student” adoptée en mai 2010 les adolescents sont reconnus responsables de leurs actes lorsqu’il s’agit d’intimidation que ce soit dans les écoles publiques où même dans les écoles privées, et de la formation est donnée aux professeurs, chauffeurs d’autobus, instructeurs et administrateurs des écoles pour pouvoir reconnaître le harcèlement et comment agir en conséquence.

Publicités

#ecoles-privees, #ecoles-publiques, #dignity-for-every-student, #intimidation, #loi-contre-lintimidation, #massachussets, #poursuite-civile, #poursuite-judiciaire, #responsabilisation

Dons d’Hydro-Québec: manque de jugement des dirigeants

Il y a comme quelque chose d’indécent, lorsqu’on entend parler des dons faits par Hydro-Québec à des écoles privées, dont les parents d’élèves sont des gens plutôt pour ne pas dire très aisés financièrement, alors que plusieurs écoles publiques du Québec, connaissent des problèmes comme le disent les partis d’opposition.

Mais, ce qu’il y a encore de plus indécent, c’est de voir ces dons, alors que selon l’Association coopérative d’économie familiale du Sud-Ouest en avril 2008, environ 20% de la population québécoise vivait sous le seuil de faible revenu (ce qui était appelé autrefois seuil de pauvreté), et que sur ce nombre, 40 000 clients se retrouvaient avec des retards de paiment, et que la moitié de ces clients en arrivaient à avoir des ententes de remboursement avec Hydro-Québec.

Et les hausses de tarifs répétées depuis 2004, ne font rient pour aider les plus démunis. Selon Option consommateurs, les tarifs d’électricité ont augmenté de 18,2% depuis 2004, alors que la hausse du taux de la vie se situe pour cette même période à 12,6%.

Alors, au lieu d’aider les plus nantis, si Hydro-Québec tient absolument à faire des dons, au lieu de les faire à ceux et celles qui en ont pas de besoin, qu’il les fasse donc aux écoles publiques, où encore qu’on aide donc, les gens à faible revenu en épongeant une partie de leur dette à Hydro-Québec.

Il est évident que Thierry Vandal, le président de Hydro-Québec,  a manqué et manque de jugement dans ses dons, et il devrait peut-être quitter sa tour d’ivoire, pour voir ce qui se passe autour de lui, à moins qu’il préfère en parler autour d’une bonne table avec des associés avec notre argent.

#ecoles-privees, #ecoles-publiques, #dons, #hydro-quebec, #pauvrete