Une compagnie en Russie va licencier les femmes qui ont avorté

Je viens de lire quelque chose que je trouve aberrant dans le Journal de Québec. Une compagnie laitière dans la région de Moscou a décidé d’appliquer le code du travail orthodoxe, ce qui va permettre à la compagnie de licencier les femmes qui ont avorté.

Bien que je reconnaisse que l’avortement ne doit pas être utilisé à des fins «contraceptifs», il peut être parfois indiqué si la vie de la mère peut être en danger, hors dans ce que j’ai lu, rien ne laisse voir qu’il peut y avoir des exceptions  pour les cas où la vie de la mère serait en danger, à moins que la compagnie soit tellement rétrograde, qu’elle préfère voir les mères mourir au  lieu de leur permettre d’avorter, comme ce fut longtemps le cas au Québec lorsque les hôpitaux étaient presque sous l’emprise des communautés religieuses.

On dénonce  souvent l’Église catholique quand elle critique l’avortement, où encore décide d’excommunier des médecins et  les parents d’une fillette qui  s’est faite avorter à la suite d’un viol, mais lorsqu’on se compare avec d’autres pays on peut tout de même voir qu’on est bien ici.

L’avortement a été décriminalisé, et les femmes ne perdront pas leur emploi à cause qu’elles ont avorté. Mais je pense tout de même, que les gouvernements devront un jour revoir la notion d’avortement, surtout lorsqu’on connaît tous les moyens contraceptifs qui existent de nos jours, et ne permettre finalement l’avortement que dans des cas où la vie de la mère serait en danger où encore si la grossesse survient à la suite d’un viol.

Publicités

#avortement, #emploi, #religion, #travail

Des parents excommuniés pour avoir autorisé l’avortement de leur fillette

On dirait qu’en vieillissant,  j’ai de plus en plus de difficulté avec tout ce qui touche la vie religieuse, et encore une fois on vient de me fournir la preuve, que la très sainte Église catholique tout comme l’ensemble des religion, sont une institution archaïque et rétrograde.

On peut prendre en exemple le fait que l’univers de la religion a déjà dénoncé des livres ou des films comme «Ange et démons», «Le code Da Vinci», ou encore la série de livres et de films de Harry Potter, parce que ça véhicule dit-on des mauvais messages, en donnant des fausses interprétations de la bible dans un premier cas, alors que dans l’autre cas, on accuse Harry Potter de faire la promotion de la magie.

Mais les organisations religieuses semblent également oublié, qu’elles ont, où qu’elles ont eu leurs propres démons. On a qu’à penser aux cas de prêtres qui abusaient des enfants dont ils avaient la garde, et que Rome avait été contrainte de payer pour dédommager les enfants et leurs familles, où encore dans le but d’éviter des nouveaux procès afin de sauvegarder l’image de la religion catholique.

Et maintenant l’Église catholique fait encore la une des médias, on apprend que l’Église catholique au Brésil a excommunié des parents, parce qu’ils ont donné l’autorisation aux médecins de pratiquer un avortement sur leur fillette de 9 ans qui était enceinte de jumeaux à la suite d’un viol, et l’Église a décidé que l’excommunion s’appliquait également à l’équipe médicale qui a pris part à l’avortement, même si l’avortement était légal!

Encore une fois, je considère que l’Église préconisait une mesure rétrograde, puisqu’elle voulait assurer la survie des enfants, au détriment de vie de la mère, qui risquait de mourir lors de l’accouchement, tout comme ça a déjà été le cas au Québec il y a cinquante ou soxante ans, mais que heureusement pour nous, la révolution tranquille nous a permis d’avoir une société laic, qui nous a permis de sortir la religion des écoles et des hôpitaux.

J’espère juste que la situation ne changera pas, parce  l’Église catholique au Québec tente depuis un certain temps de récupérer une partie du pouvoir sinon le lustre qu’elle a déjà connu, finalement elle fait peut-ëtre preuve d’un péché d’orgueil.

#avortement, #bresil, #religion