La liberté d’expression menacée même au Canada?

La couverture de l’édition du 4 juin prochain du « Econosmist » pourrait, selon moi, être tout aussi valide pour le Canada, puisqu’il y a quelques mois, le gouvernement du Québec, à la demande des partis de l’opposition qui craignaient de voir des jeunes se faire recruter pour aller se battre en Irak ou en Syrie, avait décidé de présenter le projet de loi 59 qui allait encadrer les propos haineux qui pourraient être faits à l’encontre de certaines religions, comme la religion musulmane, le gouvernement devait par la suite se raviser et enlever la partie de la loi sur les propos haineux envers la religion, tout le monde avait eu un soupir de soulagement.

Mais malheureusement, peu de temps après, le PLC de l’Ontario a voté une résolution, demandant au gouvernement fédéral de faire une loi condamnant toute forme d’islamophobie et il y a fort à parier que cette loi pourrait être présentée et adoptée, considérant, que le gouvernement libéral est majoritaire et, que de plus, depuis l’entrée en politique de Justin Trudeau, ce dernier à tout fait pour faire plaisir aux diverses associations musulmanes, même aller faire des discours dans différentes organisations qui ont des liens avec des organisations terroristes.

#liberte-dexpression

Le premier ministre Stephen Harper en faveur du retour des Nordiques

Lors de la visite qu’il a faite, hier, à Québec, le premier ministre Stephen Harper a dit que Québec était le meilleur endroit pour avoir une équipe de hockey de la Ligue Nationale, on sait que Stephen Harper a toujours été un fan de hockey et il a même écrit un livre sur le sujet, mais dans le cas du retour possible des Nordiques à Québec, on peut s’interroger s’il ne tente pas de, tout simplement, s’acheter des votes à Québec, pourtant son gouvernement a toujours refusé d’aider la construction du nouvel amphithéâtre et la ministre Josée Verner en avait payé le prix politique, en perdant ses élections.

Le premier ministre, pour la remercier de son appui, l’avait nommée au sénat.

#elections-federales, #hockey, #josee-verner, #lnh, #quebec, #stephen-harper

Pauline Marois et le PQ jouent encore les vierges offensées ce matin avec le petit carré rouge, il faut croire que tous les moyens sont bons pour soutenir une minorité d’étudiants dans le but de s’attirer des votes. Pourtant tous les sondages démontrent que depuis le début du conflit, qu’une grande majorité des québécois appuie le gouvernement.

Pauline Marois avait déjà perdu des points il n’y a pas longtemps à cause de son appui inconditionnel à la cause des étudiants. En persistant, risque-t-elle de continuer à voir son parti perdre des appuis?

Il serait peut être intéressant de voir une élection provinciale référendaire sur la hausse des frais de scolarité et voir à qui profitera vraiment la crise étudiante.

#greve-des-etudiants, #parti-quebecois, #populisme, #pute

Gabriel Nadeau-Dubois pourrait être remplacé

Le journal Le Soleil nous apprend aujourd’hui, que Gabriel Nadeau-Dubois pourrait être remplacé comme porte-parole de la CLASSE en partie en raison de la personnalisation du conflit.

Les ministres Line Beauchamps et Robert  Dutil l’avaient démonisé depuis quelques jours, parce que GNB avait refusé de condamner la violence. Si le principal porte-parole était remplacé, est-ce que le gouvernement sera plus souple et acceptera de nouveau à inviter la CLASSE à se joindre à une table de négociation et non pas à une table où la CLASSE présentera ses exigences? Personne ne peut le dire. Mais il semble évident que le gouvernement ne négociera jamais avec la CLASSE du moins aussi longtemps que Nadeau-Dubois restera là.

Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec une situation que nous avons vécue au travail en 1996, lorsque l’employeur de l’époque avait décidé de casser le syndicat avant le début des négociations. L’employeur s’était même trouvé un prétexte pour congédier le président du syndicat pour une pacotille, l’affaire avait été en arbitrage mais il devait finalement y avoir une entente hors cours dont les termes sont restés secrets, mais le président n’est plus jamais retourné au travail.

Malgré ce congédiement, nous avions tout de même réussi à faire un cahier de demandes syndicales et à le déposer à l’employeur. Mais ce dernier a toujours refusé de négocier avec le comité de négociations en place, ce qui allait à l’encontre des dispositions du code du travail et un haut dirigeant syndical avait alors pris la relève pour négocier la convention collective.

Après un conflit de travail de trois mois, on retournait enfin au travail, à l’exception de la vice-présidente qui avait été congédiée à son tour et une entente était intervenue entre le syndicat et l’employeur pour que le congédiement soit transformé en congé sans solde pour un an.

Alors qu’on était à quelques  mois du retour au travail de la vice-présidente, l’employeur avait commencé à faire une campagne disant aux employés, que lorsque cette dernière va être de retour au travail, la compagnie trouvera un prétexte pour fermer le département et qu’on perdrait tous notre travail, l’ensemble des employés du département concerné n’ont pas marché dans ce chantage et finalement, elle est retournée au travail.

Il y avait vraiment une personnalisation du conflit, lorsque l’employeur a vu que ça ne marchait pas, tous les cadres de la compagnie allaient manger au restaurant où la v.p. travaillait comme serveuse et ils refusaient d’être servis par cette dernière. Mais elle a tenu bon, même si ça a dû être dur psychologiquement, et ça a été une procédure qui a coûté tout de même assez cher à l’employeur, puisque ce manège a duré plusieurs mois, et ça a coûté tout de même assez cher à l’employeur commencer à payer des repas à sa dizaine de cadres, 5 jours semaines.

Où je voulais en venir avec ce parallèle c’est que lorsqu’un employeur ou un organisme gouvernemental ne veut rien savoir de toi, il va utiliser tous les moyens qu’il peut trouver pour t’écarter.

 

#classe, #conflit-de-travail-2, #gabriel-nadeau-dubois, #greve-des-etudiants, #harcelment-psychologique, #syndicalisme

La journée internationale de la femme a-t-elle encore sa raison d’être?

Depuis plus de 100 ans, les femmes en Amérique du Nord et en Europe se sont battues pour obtenir des droits et ont obtenu, jusqu’à présent, beaucoup de succès même si dans certains cas, ça a été long.

Elles ont obtenu le droit de vote au Canada en 1919 et au Québec en 1940 et depuis ce temps certaines d’entre elles ont été élues comme députées ou ont été sénatrices et même gouverneur général

Elles ont obtenu le droit d’avoir de l’assurance chômage, elles n’ont plus l’obligation de demander à leur conjoint de signer pour avoir du crédit et il y a eu une démocratisation de l’enseignement post-secondaire, puisqu »il y a de plus en plus de femmes qui fréquentent nos universités et qui en ressortent diplômées.

Et l’un des plus grands gains qu’elles ont obtenu au début des années 2000, ça a sûrement été l’équité salariale et le droit pour les femmes de briser leur bail, lorsqu’elles sont victimes de violence conjugale.

Alors on peut se demander, qu’est-ce que les associations de femmes veulent de plus aujourd’hui? Est-ce que les demandes faites par la Fédération des femmes du Québec reflètent bien la réalité des femmes d’aujourd’hui?

Il y a environ 18 mois, la Fédération des femmes du Québec était prise dans une controverse, lorsqu’elle avait mis en ligne sur YouTube un vidéo présentant une mère qui disait que les mères mettaient au monde des enfants qui deviendraient de la chair à canon lors de conflits armés. Ce qui avait amené une levée de bouclier des mères de soldats tués ou blessés en Afghanistan.

Les commentaires que j’avais pu lire et entendus lors de lignes ouvertes à la radio, par la suite de cette controverse, laissaient voir que plusieurs femmes ne se sentaient même pas représentées par les revendications de la Fédération des femmes du Québec, si c’est effectivement le cas, pourquoi le gouvernement du Québec persiste-t-il à vouloir financer la FFQ?

Il y a un autre dossier dans lequel la Fédération des femmes du Québec a été complétement  dans le champs, la FFQ s’était prononcée en faveur du port du voile dans la fonction publique et avait obtenue l’appui du Conseil islamique canadien et de présence musulmane, ce que plusieurs féministes avaient dénoncé, puisqu’on mettait à l’écart les femmes musulmanes. Alors je répète ma question la FFQ représente-t-elle vraiment toutes les femmes?

#assurance-emploi, #chair-a-canon, #droit-de-vote, #federation-des-femmes-du-quebec, #femmes, #youtube

Les militaires canadiens abandonnés à eux mêmes

Je viens de lire l’excellent article L’ex militaire mourant et trompé  que Christian Dumont a publié sur son blogue, il nous rappelle que quatre mois après la grève de la faim du soldat Pascal Lacoste, rien n’a été fait pour le soigner et que ce dernier pressait le gouvernement d’agir parce qu’il lui restait peut être qu’un an à vivre.

L’auteur nous dit que étant donné que le gouvernement était majoritaire et qu’il avait peu de députés élus au Québec, que le destin de Pascal Lacoste ne pesait pas lourd dans la balance, puisqu’en fait ça ne représentait qu’un vote.

Bien que je trouve la situation du soldat Lacoste inconcevable et qu’il mérite qu’on prenne le plus grand soin de lui, je suis plutôt en désaccord avec l’affirmation de M. Dumont qui laissait entendre que si on avait un autre gouvernement au pouvoir la situation pourrait être bien différente.

Je pense qu’il faut éviter de personnaliser le problème au seul cas du soldat Lacoste, même si on ne parle que de lui dans les médias. Il ne faut pas oublier que dernier se bat  aussi pour d’autres militaires. Ça fait plus de 20 ans que les soldats canadiens vont sur différents théâtres d’opérations comme le Kosovo et l’Afghanistan, et que malheureusement on peut déjà parier que plusieurs d’entre eux ont déjà respiré des vapeurs provenant des munitions à uranium appauvri qui brûlaient et qu’un jour ou l’autre, ils pourraient, eux aussi, avoir de sérieux problèmes de santé.

Et ce c’est sans compter les cas qui seront de plus en plus nombreux de syndromes de stress post-traumatique, le gouvernement peu importe l’allégeance politique devra un jour où l’autre faire face à un explosion des coûts des frais de santé de leurs militaires malades et estropiés, et dans la conjoncture économique actuelle le gouvernement aura-t-il la volonté politique de le faire?.

Les gens qui décident de joindre l’armée le font pour diverses raisons et ils sont prêts à faire le sacrifice ultime s’il le faut, mais en quelque part, ils doivent savoir aussi que le gouvernement  et la population seront derrière eux, si ces derniers devaient connaître un jour des problèmes de santé reliés au travail qu’ils ont fait pour le pays et qu’ils n’auront pas seulement droit aux mots de gratitude de la nation.

#arme-uranium-appauvri, #blogue-christian-dumont, #gouvernement-harper, #greve-de-la-faim, #guerre, #incapacite-physique, #soldat-pascal-lacoste, #steven-blainey, #stress-post-traumatique, #veterans

Devrait-on limiter le nombre à deux mandats pour nos politicien?

Il y a quelques semaines, les médias nous rappelaient que nous avions un doyen à l’Assemblée nationale du Québec, il s’agit de François Gendron qui siège comme député du Parti Québécois pour la circonscription de Abitibi Ouest depuis maintenant 35 ans, et il a déjà fait part aux journalistes de son intention de se présenter pour un nouveau mandat.

Il n’en fallait pas plus, pour que certaines personnes sur de lignes ouvertes, de la radio, s’interrogent à l’effet de savoir si on ne devrait pas limiter le nombre de mandat pour un député.

Et la question est bien légitime, considérant qu’on a depuis maintenant huit ans le pire premier ministre que les Québécois aient connu depuis la grande noirceur de Maurice Duplessis.

Personnellement, je ne suis pas convaincu que de limiter le nombre de mandats d’un politicien soit la solution au scepticisme de la population envers les politiciens qui semblent vouloir en faire une carrière.

La politique a toujours été considérée comme un sport extrême et il peut être très difficile de trouver des candidats potentiels de qualité, qui jugeront que ça ne vaut pas la peine d’aller en politique surtout en voyant de quelle façon les politiciens sont traités par les médias, alors ils préféreront continuer à travailler dans le privé avec un meilleur salaire et sans les soucis et les longues heures de travail.

Certains pays ont déjà établie une limitation du nombre de mandats dont les États-Unis et la Russie. Mais malgré ces limitations, il existe tout de même des inconvénients. Aux États-Unis, plusieurs considèrent le deuxième mandat comme un mandat de  »laming duck », puisque le président aura la vie plus dure devant un Congrès surtout si sa majorité vient du parti qui n’est pas au pouvoir et il lui sera alors difficile de faire adopter certains projets de lois on encore des budgets.

Pour ce qui est de la Russie on peut y voir de la magouille, Vladimir Poutine, qui a déjà fait deux mandats à la présidence de la Russie, avait décidé de se présenter comme premier ministre et maintenant que Medvedev complète son second mandat, Poutine songe à nouveau à retourner en élection au poste de Président, ce qui ne fait pas vraiment l’affaire d’une certaine partie de la population russe.

#etats-unis, #congres-americain, #francois-gendron, #mandat, #medvedev, #politique, #russie, #vladimir-poutine