Les militaires canadiens abandonnés à eux mêmes

Je viens de lire l’excellent article L’ex militaire mourant et trompé  que Christian Dumont a publié sur son blogue, il nous rappelle que quatre mois après la grève de la faim du soldat Pascal Lacoste, rien n’a été fait pour le soigner et que ce dernier pressait le gouvernement d’agir parce qu’il lui restait peut être qu’un an à vivre.

L’auteur nous dit que étant donné que le gouvernement était majoritaire et qu’il avait peu de députés élus au Québec, que le destin de Pascal Lacoste ne pesait pas lourd dans la balance, puisqu’en fait ça ne représentait qu’un vote.

Bien que je trouve la situation du soldat Lacoste inconcevable et qu’il mérite qu’on prenne le plus grand soin de lui, je suis plutôt en désaccord avec l’affirmation de M. Dumont qui laissait entendre que si on avait un autre gouvernement au pouvoir la situation pourrait être bien différente.

Je pense qu’il faut éviter de personnaliser le problème au seul cas du soldat Lacoste, même si on ne parle que de lui dans les médias. Il ne faut pas oublier que dernier se bat  aussi pour d’autres militaires. Ça fait plus de 20 ans que les soldats canadiens vont sur différents théâtres d’opérations comme le Kosovo et l’Afghanistan, et que malheureusement on peut déjà parier que plusieurs d’entre eux ont déjà respiré des vapeurs provenant des munitions à uranium appauvri qui brûlaient et qu’un jour ou l’autre, ils pourraient, eux aussi, avoir de sérieux problèmes de santé.

Et ce c’est sans compter les cas qui seront de plus en plus nombreux de syndromes de stress post-traumatique, le gouvernement peu importe l’allégeance politique devra un jour où l’autre faire face à un explosion des coûts des frais de santé de leurs militaires malades et estropiés, et dans la conjoncture économique actuelle le gouvernement aura-t-il la volonté politique de le faire?.

Les gens qui décident de joindre l’armée le font pour diverses raisons et ils sont prêts à faire le sacrifice ultime s’il le faut, mais en quelque part, ils doivent savoir aussi que le gouvernement  et la population seront derrière eux, si ces derniers devaient connaître un jour des problèmes de santé reliés au travail qu’ils ont fait pour le pays et qu’ils n’auront pas seulement droit aux mots de gratitude de la nation.

Publicités

#arme-uranium-appauvri, #blogue-christian-dumont, #gouvernement-harper, #greve-de-la-faim, #guerre, #incapacite-physique, #soldat-pascal-lacoste, #steven-blainey, #stress-post-traumatique, #veterans

Barack Obama serait-il devenu un tyran?

Pendant les vacances qu’il prend actuellement à Hawaï, le président Barak Obama a signé la loi appelée  »Act to allow detention of citizens ». Cette loi vise à permettre aux militaires américain de détenir sans porter aucune accusation, toute personne qui est soupçonnée de faire du terrorisme en zone de combat peu importe le lieu, que ce soit à l’extérieur du pays tout comme à l’intérieur des frontières américaines.

Des anciens militaires américains ont jugé qu’une telle loi n’était pas nécessaire et que de plus ça mettrait fin à la notion de  »due process » (procédures normales).

Pour le moment, on ne sait pas à quel endroit les personnes soupçonnées de terrorisme seront internés, mais on peut croire qu’elles pourraient être envoyées à Guantanamo, même si  Obama avait déjà signé à son deuxième jour de présidence un décret exécutif donnant l’ordre de fermer les installations situées sur l’ïle de Cuba.

Mais rien n’a été fait jusqu’à présent, puisque la fermeture de Guantanamo est problématique, car  ça pourrait représenter certains risques de sécurité au peuple américain. Même ceux qui ne sont plus considérés comme une menace pour la sécurité nationale se retrouveront en sol américain soit à cause qu’ils vont craindre pour leur vie s’ils retournaient dans leur pays, où bien encore c’est leurs pays d’origines qui ne voudront pas les accueillir.

Rien ne dit également que parmi ceux qui ne représentent pas une menace à la sécurité nationale ne connaîtront pas ou ne connaissent pas des problèmes psychologiques ou psychiatriques en raison des traitements qu’ils ont eu droit à Guantanamo.

Je ne peux m’empêcher de me demander si cette loi ne pourrait pas influencer Stephen Harper, on sait que son gouvernement est  pour la loi et l’ordre et que le premier ministre est tellement influencé par les décisions des décideurs américains, que rien ne dit que ça  ne pourrait pas  lui donner des idées.

#accusations, #act-to-allow-detention-of-citizens, #arrestation, #barack-obama, #decret-presidentiel, #fermeture-de-guantanamo, #guantanamo, #guerre, #loi, #terrorisme

La troisième guerre mondiale en 2012?

Il y a un peu plus de trois ans, alors que le président Georges Bush était toujours le commandant en chef des États-Unis, certains ont craint, qu’une confrontation armée entre les États-Unis et l’Iran était de plus en plus probable, puisque l’Iran continuait à enrichir de l’uranium à des fins pacifiques selon Téhéran, tandis que le gouvernement américain craignait plus que cet uranium, une fois enrichi,soit utilisé à produire des armes nucléaires.

À cette époque, les craintes que les États-Unis et son plus grand allié au Moyen-Orient Israël décident d’aller bombarder les installations nucléaires en Iran étaient bien réelles, puisque le président Bush avait déjà dit à l’époque, qu’il ne craindrait pas à prendre des décisions difficiles et ce peu importe qui lui succéderait, afin de lui éviter d’être obligé de prendre des décisions qui seraient encore plus difficiles à prendre et de plus, Bush avait inventé des raisons pour justifier sa guerre illégale contre l’Irak.

Alors que pour Israël, c’est impensable qu’un ennemi juré ait l’arme nucléaire, et le gouvernement israëlien avait, déjà, pris dans le passé, la décision d’utiliser l’option militaire, afin de détruire la centrale nucléaire d’Osirak en Irak en 1981, puisque ce pays voulait devenir le premier pays arabe à avoir l’arme nucléaire, malgré le fait, que le gouvernement irakien disait lui aussi, que le nucléaire était seulement destiné à des fins pacifiques.

Finalement, sous les présidences de Bush et celle d’Obama, aucune action militaire n’avait été entreprise contre l’Iran, sauf que certains prétendent, que des militaires américains auraient franchi la frontière iranienne via l’Irak, afin de recueillir des informations afin de déterminer des cibles en prévision d’une intervention militaire, l’occident préférant plutôt utiliser diverses sanctions contre l’Iran et la diplomatie.

Malgré toutes ces sanctions, rien ne change en Iran et des rumeurs de plus en plus persistantes veulent que les États-Unis et Israël favoriseraient de plus en plus l’option militaire pour l’automne 2012 contre les installations nucléaires en Iran, sauf que maintenant, il est peut être un peu tard pour y penser, puisque certaines centrales sont déjà en fonction et les bombarder créeraient des nuages radioactifs non seulement sur les sites où les installations sont, mais également pour les pays voisins.

De plus, on peut se demander, si une nouvelle guerre, cette fois-ci contre l’Iran peut être gagnée. Il y a quelques années, à la demande du pentagone, un Lieutement-Général, qui était retraité à l’époque,le Lt. Gen. Paul Van Riper avait pris part à une simulation de guerre au Pentagone où il jouait le rôle du commandant d’un pays ennemi du Moyen-Orient et il avait réussi à couler la flotte américaine dans le Golfe Persique.

S’il y a intervention militaire en Iran, que fera la Russie? Va-t-elle envoyer des militaires pour aider l’Iran à combattre les agresseurs, où se contentera-t-elle à lui donner des informations obtenues par les divers services de renseignement russe et les photos satellites?

Ce qui est inquiétant également c’est que bombarder les sites des installations nucléaires pourraient avoir, un effet de donner de l’oxygène aux divers groupes terroristes ce qui permettra le recrutement de nouveaux candidats, et on pourrait avoir un regain des attentats terroristes partout dans le monde.

#3ieme-guerre-mondiale, #armes-nucleaires, #etats-unis, #centrales-nucleaires, #iran, #israel, #moyen-orient, #terrorisme, #uranium

Don Cherry en Afghanistan

Nos militaires canadiens en poste en Afghanistan ont reçu la visite, à la veille de Noël, du ministre de la défense Peter McKay qui était accompagné, entre autre, de la ministre de la coopération Bev Oda et du flamboyant analyste de hockey Don Cherry.

Certains s’insurgent du fait de la présence de Cherry en Afghanistan, à cause que ce dernier critique souvent les québécois, mais ne leur en déplaisent, Cherry a tous les droits d’être en Afghanistan, d’autant plus, qu’il a un grand respect envers les militaires qui sont là-bas, pour s’en convaincre, on a qu’à regarder l’hommage que Cherry fait au Hochey night in Canada, lorsque des soldats se font tuer.

À ma connaissance, il n’y a aucun autre personnalité de la télé autres que les journaux télévisés, qui vont rendre hommage à nos militaires tombés au combat, surtout pas au Québec.

#afghanistan, #don-cherry, #peter-mckay

Prolongation de la mission canadienne en Afghanistan

Stephen Harper a confirmé le 11 novembre dernier, que finalement, contrairement à ce qui avait été prévu lors d’un précédent vote à la chambre des communes qui prévoyait le retour de nos militaires en juillet 2011, les soldats canadiens resteront en Afghanistan jusqu’en 2014, pour former des soldats afghans.

Certains observateurs croient que l’OTAN aurait tordu le bras du Canada pour qu’il accepte cette mission qui se tiendra dans une région plus sécuritaire pour nos militaires. Mais je ne peux m’empêcher de m’interroger sur cette prolongation de la mission.

Le gouvernement Karzai est et restera probablement à jamais  un gouvernement corrompu,  dont certains membres du gouvernement sont des seigneurs de la guerre et il a même commencé à intégré des talibans dans son gouvernement.

Alors si on forme des soldats pour l’Afghanistan, est-ce que ces derniers demeureront dans l’armée afghane, où s’ils n’auront pas envie d’offrir éventuellement leurs services aux seigneurs de la guerre?

À moins qu’on se serve de ce prétexte pour garder nos militaires en sol afghan, pour qu’ils puissent continuer à surveiller discrètement l’Iran et le Pakistan en prévision d’une guerre éventuelle contre ces pays.

#afghanistan, #mission-militaire

Sur la perception que certains groupes et politiciens ont de nos militaires

On a tous été témoin au cours des derniers jours de la controverse au sujet de la vidéo de la Fédération des femmes du Québec, où l’on disait que nos soldats n’étaient que de la «chair à canon», ce qui a forcé l’organisme à retirer ses paroles du vidéo.

Ça me fait penser à une autre controverse tout aussi offensante qui est arrivée  lors de la guerre du Vietnam, qui a été sans nul doute, la guerre la plus controversée aux États-Unis. Où l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger avait mis son gros grain de sel.

Étant trop jeune à  l’époque, je n’ai jamais eu connaissance des propos de Kissinger, mais je serais curieux de savoir quelle a été la réaction des américains lorsque l’ancien secrétaire d’État américain est allé dire que:

« Les militaires sont seulement des animaux stupides et muets à utiliser comme des pions dans la politique étrangère.»

 

#federation-des-femmes-du-quebec, #guerre, #henry-kissinger

Visite de l’exposition «Les méandres» au musée naval de Québec

Je viens de visiter l’exposition «Les méandres » présentée au musée naval de Québec. L’exposition présente l’histoire de la marine «canadienne» et du fleuve St-Laurent allant de la période de Jacques Cartier jusqu’à nos jours. On peut y voir des mousquets, des épées, des «casse-têtes amérindiens et français» diverses autres armes ainsi que des reproductions de navires et d’embarcations.

On peut y voir également plusieurs documents d’archives, comme une lettre envoyée à la mère d’un marin tué en mer, et des images d’archives, de même qu’une copie autographiée de la biographie de l’amiral Donitz, celui-là même qui a pris les rènnes de l’Allemagne à la suite du suicide d’Adolf Hitler et de certains de ses collaborateurs les plus proches.

Le musée a reproduit également la cabine du lieutenant Stanislas Déry où l’on peut y voir sa machine à écrire, ses jumelles et son étui, un serre-livres et même les bottes du héros. Le lieutenant Déry avait fait l’histoire, en coulant un U-Boat le «U-877» dans l’Atlantique et en donnant l’ordre à ses hommes de ne pas tirer sur les marins allemands qui nageaient dans les eaux glaciales de l’Atlantique. Il les avait même accueillit à bord de sa corvette pour leurs sauver la vie, ce qui lui avait valu d’être blâmé par les dirigeants alliés.

C’est une exposition qui mérite d’être vue pour les passionnés de la mer et ceux et celles qui veulent en savoir plus sur l’histoire de la marine.

L’exposition est présentée jusqu’en septembre au Musée naval de Québec, au 170 Dalhousie et l’entrée est gratuite. Les heures d’ouverture sont de 10H00 à 18H00.

#2ieme-guerre-mondiale, #exposition, #marine-canadienne, #musee-naval-de-quebec, #stanislas-dery