Le sénateur Boisvenu suggère la peine de mort pour certains criminels

Le sénateur Bienvenu  »strikes again », ce matin il a affirmé lors d’un point de presse tenue à l’entrée du Sénat, que selon lui, « (…) il faudrait que chaque assassin (ait) le droit à sa corde dans sa cellule. Il décidera de sa vie» , et il a même fait allusion, qu’on devrait s’interroger si on ne devrait pas rétablir la peine de mort pour les tueurs en série qui ont peu ou pas de possibilité de réhabilitation.

Il a cité en exemple les cas de Clifford Olson qui avait assassiné 11 personnes sur une période de 8 mois, où encore le procès Shafia dont trois membres d’une même famille ont été reconnus coupables de meurtre ce qui coûtera à l’État canadien 10 millions$.

Le sénateur Bienvenue défend donc l’aspect économique pour « relancer le débat » sur la peine de mort dans l’opinion publique. Mais avant de défendre l’aspect économique de la peine de mort, il serait peut être mieux de regarder ce qui se passe aux États-Unis.

On a qu’à penser au Nouveau-Mexique, où il y a eu un sondage en 2009 qui disait que 64% de la population était en faveur de l’abolition de la peine de mort, justement pour des raisons économiques. Le système judiciare américain est tellement complexe, qu’ilcoûte très cher, surtout lorsque vient le temps de condamner à mort des détenus. Pour Viki Elkey, directrice de la Coalition pour l’abrogation de la peine de mort au Nouveau-Mexique :  « Le bureau des avocats commis d’office du Nouveau- Mexique a estimé qu’à lui seul il pourrait économiser jusqu’à 2 millions de dollars par an ».

Alors que pour Sandrine Ageorges, de la Coalition pour l’abolition de la peine de mort au Texas, une condamnation  à la peine de mort pour coûter jusqu’à 3 à 5 fois le montant d’une condamnation à la prison à vie. Selon la coalition les raisons du coût élevé d’une condamnation à la peine de mort sont liées au fait que les enquêtes sont plus longues, que l’État doit payer les avocats commis d’office et que les procédures d’appels sont tellement longues, que c’est très rare que la peine de mort soit appliquée avant 10 ans.

Une autre étude cette fois-ci du Kansas Performance Audit Report « , Décembre 2003 révélait aussi qu’au Kansas, les causes impliquant les peines capitales coûtaient jusqu’à 70% plus cher que les autres causes judiciaires, incluant les frais de détentions.

Alors que selon une étude du Indiana Criminal Law Study Commision, 10 Janvier 2002, les coûts de la peine capitale dépassent de 38% le coût des condamnations à la prison à vie.

Et selon un article du Palm Beach Post, 4 Janvier 2000 la peine de mort coûte annuellement à l’État de la Floride 51 millions $ de plus que la prison à vie.

On peut trouver des exemples à la pelle sur internet sur les coûts reliés à la peine de mort, alors qu’on sait que la peine de mort n’a absolument aucun effet dissuasif sur la criminalité.