Sur le suicide de Marjorie Raymond et le travail des médias

Je sympathise beaucoup avec la famille de Marjorie Raymond qui s’est suicidée au début de la semaine, parce qu’elle ne pouvait plus supporter l’intimidation dont elle était victime depuis déjà trop longtemps à l’école.

Depuis l’annonce du drame, nos médias s’arrachent littéralement la mère de la victime pour qu’elle accorde des entrevues et il en va de même pour la Fondation de Jasmin Roy dont la mission est de combattre l’intimidation dans nos écoles.

D’une certaine façon, je peux très bien comprendre pourquoi les personnes concernées acceptent d’accorder des entrevues, pour la mère c’est peut être la façon qu’elle a trouvée pour tenter de surmonter l’épreuve, tandis que pour la Fondation Jasmin Roy ça peut lui permettre d’avoir une certaine visibilité en présentant son opinion sur la place publique et peut être même en proposant des solutions pour essayer d’enrayer un problème qui existe malheureusement depuis fort trop longtemps.

Je ne peux cependant m’empêcher de m’interroger, dans le cas présent, sur le travail des médias. Est-ce que les médias utilisent le drame dans le seul but de vendre de la copie où avoir des meilleurs cotes d’écoutes? Comme j’ai eu le sentiment que ça a été le cas lors de la disparition de Cédrika Provencher en aoùt 2007.

À peine quelques mois après la disparition de Cedrika, on en entendait pratiquement plus parler, sauf lors du jour anniversaire de sa disparition simplement à cause que sa famille s’occupait ”d’alerter” les médias en leur présentant des photos ”modifiées” montant à quoi elle pourrait ressembler présentement.

Malheureusement, dans le cas présent je serais prêt à parier, que dans quelques mois, on entendra plus parler du suicide de l’adolescente, tout comme on entendra pratiquement plus parler du phénomène de l’intimidation dans nos écoles du moins jusqu’au prochain drame.

#ecoles, #cedrika-provencher, #fondation-jasmin-roy, #intimidation, #marjorie-raymond, #medias, #suicide