À quand une commission d’enquête sur la collusion?

C’est fou de voir comment Jean Charest est borné, en refusant toujours de créer une commission d’enquête publique sur la collusion dans la construction, comme le réclament la population et les partis d’opposition, préférant toujours des enquêtes policières, tandis que les policiers accusent le gouvernement de vouloir s’ingérer dans leur enquête.

Jean Charest cherche à protéger qui? Le parti, les amis du partis ou encore ses fesses?

Jacques Duchesneau préconise plutôt une commission d’enquête à huis-clos puisque les témoins auront moins de réticence à aller témoigner, que d’aller à une commission d’enquête publique, mais est-ce vraiment la solution? La population est déjà désabusé de la classe politique et elle aurait l’impression qu’il y aura un manque de transparence s’il y avait une commission d’enquête à huis-clos.

Il reste alors l’espoir de voir l’élection d’un gouvernement du Parti Québécois qui s’est engagé à créer une commission d’enquête publique, mais avant d’y penser, le PQ devra trouver le moyen de mettre fin à ses dissensions sur la tenue ou pas d’un référendum rapide sur l’indépendance et il faudra vraisemblablement, que le PQ se débarrasse de Pauline Marois, cette dernière est devenu un boulet pour le parti, puisqu’elle ne passe tout simplement pas dans la population québécoise, ce qui va presque assurément assurer la victoire du parti libéral du Québec à moins que François Legault décidait enfin de créer son parti politique.

#collusion, #commission-denquete, #construction, #jean-charest, #pauline-marois, #plq, #pq