Shell devant le Comité parlementaire sur Shell

Les travaux du comité parlementaire sur Shell ont débuté ce matin. Certains parlementaires de l’opposition officielle ont été, comment dire, plus critiques que les autres membres du comité, on peut prendre en exemple Denis Coderre qui a lancé aux représentants de Shell:

«Montréal ne mérite pas d’être un parking à gaz»

Alors que pour Yvon Godin du NPD, tout ce qui intéresse Shell, c’est de raffiner le pétrole ailleurs pour le revendre raffiné aux québécois.

Pourtant la compagnie Delek US  s’est dite toujours intéressée à acheter la compagnie à la condition, qu’elle n’achète pas une raffinerie qui est fermée où il faudrait réembaucher des travailleurs et se trouver des nouveaux clients.

Pour Denis Coderre le  raffinage est important pour assurer la sécurité énergétique. C’est vrai que la sécurité énergétique est importante, et au début des années 1970, le gouvernement Trudeau nationalisait Pétro-Fina pour en faire Pétro-Canada. Mais depuis lors, les gouvernements successifs libéral et conservateur ont fini par privatiser Pétro-Canada et le coup de grâce a été donné par le premier ministre Paul Martin, il y a à peine quelques années. Alors, on pourra toujours repasser pour la question de sécurité énergétique.

Il reste maintenant  à voir ce que les travaux du comité accompliront. Est-ce que le comité pourrait «tordre le bras» à Shell pour la forcer de vendre sa rafffinerie à Delek US ou tout autre acheteur potentiel?

Si le comité réussissait à forcer Shell à vendre ses installations, ce serait un bien mauvais message à lancer aux compagnies créatrices d’emplois,  qui seraient intéressées à s’installer au Canada et tout particulièrement au Québec parce qu’elles ne pourront pas agir comme elles l’entendent pour faire fonctionner leur entreprise, ou encore à cause de la facilité de se syndiquer au Québec, et ce malgré toutes les subventions et prêts que les gouvernements pourraient leur fournir.

#comite-parlementaire, #demantelement, #shell, #vente