Le temps d’attente augmente dans nos urgences

Depuis la première élection de Jean Charest en 2003, dont sa devise était: «Je suis prêt, l’équipe libérale est prête, nous sommes prêts», le gouvernement Charest semble avoir réussi avec succès à agrandir un présumé cercle d’amis, mais il a été totalement incapable de régler le temps d’attente dans nos urgences à un point tel, que le temps d’attente, dans nos urgences,  est maintenant passé à une moyenne de 17 heures.

Le gouvernement libéral préfère s’en défendre, en accusant  l’opposition officielle, d’être responsable de la situation actuelle, en offrant d’importantes primes de départ au personnel de la santé, afin d’atteindre le déficit zéro.

Le gouvernement est incapable de créer des mesures incitatives, pour encourager les médecins et les infirmières à demeurer dans le secteur public, qui préfèrent, avec raison,  se tourner vers le secteur privé, qui offre bien souvent des meilleurs conditions de travail, sans avoir comme obligation de faire du temps supplémentaire pour les infirmières.

Ce qui aggrave en plus le problème de pénurie de personnel dans nos hôpitaux, c’est que cette pénurie touche également l’ensemble de l’ Amérique du Nord, et des hôpitaux américains et canadiens viennent régulièrement faire du recrutement au Québec.

Alors qu’on se retrouve avec des médecins incapables de pratiquer au Québec, même s’il existe une entente entre la France et le Québec pour faciliter le «transfert» de main-d’oeuvre qualifié, à cause du puissant corporatisme des diverses associations comme l’Ordre des médecins du Québec, qui aime dire, qu’il est là pour protéger les gens, alors qu’on peut se demander, s’il n’est pas plutôt là pour défendre les intérêts de ses membres.

En attendant, si des gens se présentent à l’urgence avec des calculs rénaux, et qu’ils doivent attendre ne serait-ce 12 heures avant de voir un médecin, le calcul rénal a le temps de disparaître en utilisant les voies naturelles, et je peux en témoigner, ça ne fait vraiment pas de bien par où ça passe.

#attente-dans-les-urgences, #corporatisme, #penurie-de-medecin