C’est la 37ième semaine de la dignité des personnes assistées sociales

Cette semaine est la 37ième semaine de la dignité des personnes assistées sociales. Cette semaine se veut une semaine pour combattre les préjugés dont sont victimes les assistés sociaux.

Étant moi-même un ancien BS, je peux sympathiser avec les assistés sociaux: les inaptes au travail,et les gens qui ont perdu leur emploi et qui sont dans l’impossibilité de se trouver un nouvel emploi soit à cause, qu’ils sont trop vieux pour se trouver un nouvel emploi, ou encore qu’ils n’ont pas les compétences nécessaires pour faire un autre travail.

Je me suis promené mercredi sur la rue St-Jean, j’ai vu plusieurs endroits où il était indiqué dans la vitrine, qu’ils étaient à la recherche d’employés. C’est certain que certains commerces ne pourront pas prendre certaines personnes à cause qu’ils sont dans un quartier touristique, et qu’ils recherchent avant tout des gens qui sont bilingues, mais il y a tout de même des emplois de disponibles, c’est vrai que ce sont peut être des emplois pas trop intéressants, mais ce sont tout de même des emplois payés à 10$ de l’heure, et s’ils travaillent 40 heures par semaine, en un mois, ils gagneront une fois toutes les déductions enlevées, au moins 50% de plus que leur chèque d’aide social, si l’assisté social a moins de 30 ans.

Un autre endroit où l’on recherche de la main-d’oeuvre c’est sur les fermes, et bien que ce soit un travail dur physiquement, combien y a-t-il de fermes qui manquent de cueilleurs de fraises? Il existe là une vraie pénurie de main-d’oeuvre, et les fermes doivent faire du recrutement au Mexique et en Amérique du Sud. C’est complètement insensé.

Une solution envisagée pour sortir les gens du système serait peut-être de limiter le nombre d’année qu’un assisté social pourrait être éligible à l’aide de dernier recours, mais il semblerait que les endroits où l’on a limité la durée de l’aide sociale, il y aurait eu une recrudescence de la criminalité.

Une autre solution serait d’obliger les assistés sociaux aptes au travail à aller chercher leur chèque au lieu de leur envoyer par la poste. En faisant déplacer les assistés sociaux, on peut facilement s’imaginer, qu’un nettoyage du système se fera tout seul. Mais on peut parier que les associations de défense des assistés sociaux vont dénoncer la décision d’obliger les assistés sociaux à aller chercher leur chèque pour des principes d’atteintes à la dignité, parce qu’il faut prévoir que les médias se tiendront devant les bureaux où sont remis les chèques, et que de plus tout le monde saura que si une telle personne va à un tel endroit, c’est un assisté social.

On ne doit pas leur faire ça pour une raison de dignité.

#assistes-sociaux, #dignite, #emplois-offerts