On ne doit pas empêcher l’enseignement en anglais au post secondaire

Nous avons eu droit hier à un article coup de massue, quand le Journal de Montréal nous a appris que la ville de Montréal pourrait devenir majoritairement anglophone d’ici 2016.

Mais comme le mentionne Suzanne dans son blogue «Le ciel est bleu», le problème de la francophonie à Montréal est que de plus en plus de francophones décident d’aller vivre dans la banlieue, et malgré le fait que Québec a mis en place des mesures pour favoriser natalité comme le régime d’assurance parentale, on doit tout de même se fier à l’immigration pour «repeupler» le Québec.

Plusieurs sont d’avis, que les nouveaux immigrants qui arrivent au Québec font de véritables efforts pour apprendre le français, mais une fois de retour à la maison, ils parlent  leur langue maternelle, mais peut-on les blâmer, après tout on vit dans une société démocratique, et s’ils veulent parler leur langue maternelle rien ne les empêche.

Pour ce qui est la langue d’enseignement, je lisais un article dans le journal «L’aut’ journal» en novembre dernier, qui disait qu’un nombre grandissant de francophones voulaient fréquenter les collèges francophones à Montréal, au détriment des collèges francophones.

On peut s’attendre  que des défenseurs de la langue française proposent que la loi 101 s’applique également au niveau des collèges et des universités, pour essayer de sauver cette langue belle qu’est le français.

Je ne comprends pas pourquoi qu’on devrait  obliger les étudiants francophones au niveau supérieur d’étudier en français? On vit de plus en plus dans une économie mondiale, qui fait en sorte qu’on risque de plus en plus à échanger en anglais avec certains intervenants, la France l’a déjà compris et les français commencent à enseigner  l’anglais aux enfant  dès l’âge de la maternelle car la France estime que

la maîtrise d’une langue seconde, sinon de plus de deux langues, est capitale dans le contexte de l’évolution de l’Europe et de la mondialisation.

D’autre part, on a nul besoin de travailler dans des grosses compagnies  pour devoir parler en anglais. Je pense entre autre au secteur récréo-touristique où il devient de plus en plus essentiel de connaître l’anglais, quand ce n’est pas une troisième langue comme l’espagnol.

Et qu’on le veuille où non, l’anglais devient de plus en plus la langue des communications entre les pays. Et c’est malheureux à dire, mais même si on adoptait un panoplie de lois qui obligeraient les gens à communiquer uniquement en français, ça ne changera absolument rien, car une fois rendus à la maison où encore dans des lieux publics, s’ils décident de parler anglais, rien ne pourra les arrêter, tout comme rien ne pourra arrêter les gens d’origine espagnole de se parler entre eux en espagnol, et je vois mal comment  l’indépendance du Québec pourrait y changer quelque chose.

#enseignement-post-secondaire, #langue-seconde, #loi-101

La population riposte au budget du Québec

Le budget du Québec étant des plus impopulaires auprès de la population, cette dernière s’apprête à riposter.

Ainsi le 11 avril, nous aurons à Québec une manifestation pour contester les hausses de tarifs et dénoncer les gaspillages du gouvernement. Pour le moment tout ce qu’on sait, c’est que le lieu de ralliement sera sur les Plaines d’Abraham près du Musée du Québec à 11 heures, où une marche se dirigera vers le Parlement.

Comme le signale Gilles Parent du FM 93 «POUR LA PREMIÈRE FOIS DE L’HISTOIRE: une manifestation de citoyens ordinaires contre le budget et le gaspillage au gouvernement».

À mon avis, comme dans bien des manifestations, ça ne m’étonnerait pas beaucoup, que l’on voit des pancartes qui vont parler d’autres choses que le budget, on pourrait par exemple en voir pour qu’on ait une enquête publique dans le domaine de la construction.

Ça ne m’étonnerait pas également que les syndicats vont peut être essayer s’approprier de l’événement, car il ne faut pas croire, qu’ils ne seront pas là avec leurs drapeaux.

#budget, #manifestation, #manki

Quand Karzai se met à déblatérer…

Non mais, est-ce que quelqu’un peut me dire quelle mouche a bien pu piquer le président afghan Amid Karzai?

Samedi, il a osé accuser l’occident de s’ingérer dans les affaires afghanes et d’être responsable des fraudes électorales qui ont eu lieu lors des dernières élections tenues le 20 août  dernier.

Ce qui a vraiment agacé les alliés occidentaux, dont Peter  Galbraith le numéro 2  de l’ONU lors du scrutin du mois d’août dernier a répondu aux accusations du président afghan en disant:

« C’est évidemment absurde et ahurissant ». (…) « Franchement, on se pose des questions sur son état mental ou sur son rapport à la réalité ».

Et on apprend maintenant, que  Karzai refuse toute nouvelle offensive militaire avant d’avoir consulté les chefs de tribus, et qu’après avoir eu leur accord, puisque le président afghan prétend  que plusieurs  dans son pays croient que c’est l’occident qui lui dit quoi faire.

C’est possible que dans les coulisses, l’occident essaie de s’ingérer dans les affaires internes de l’Afghanistan, en évitant de faire la gaffe de l’ancien ministre des affaires extérieurs du Canada Maxim Bernier, qui avait eu le malheur de dire publiquement que Karzai devrait limoger le gouverneur de Khandar parce que ce dernier était corrompu.

Mais est-ce que  l’occident  peut faire autrement, considérant que malgré les engagements de Karzai de s’attaquer à la corruption,  rien ne prouve que ce dernier s’occupe vraiment à l’enrayer. Surtout qu’un rapport du Haut commissariat des droits de la personnes des Nations Unies révèle que la corruption est toujours omniprésente et qu’elle a plus que jamais des conséquences sur la population.

« La corruption très répandue limite davantage l’accès aux services pour une large proportion de la population »

Karzai ne doit pas oublier qu’il ne gouverne que sur  la région de Kaboul, et que si ce n’était de l’importante  aide économique et militaire, ça ferait belle lurette, qu’il serait  vraisemblablement devenu lui-même un nouveau réfugié politique.

Il ne doit pas oublier également, que les pays présents en Afghanistan ont de plus en plus de pression de la part de leurs populations pour quitter ce pays. Le gouvernement des Pays-Bas est tombé au début de l’année parce que le gouvernement voulait, à la demande des américains, prolonger sa présence en Afghanistan jusqu’en 2011,  et Barrack  Obama envisage lui-même, à commencer à retirer les troupes américaines d’Afghanistan en 2011. alors que le Canada s’est déjà engagé à sortir du pays en juillet 2011.

Il reste à voir cependant  si le Canada ne pourrait pas changer d’idée, puisque le pays a reçu une demande des États-Unis de garder au-delà de 2011, entre 500 et 600 soldats canadiens en Afghanistan pour former des militaires afghans. Où si le Canada décidera plutôt de suivre les recommandations d’une étude de la  Canadian Defense and Foreign Affair Institute  intitulé «Qu’est-il advenu du maintien de la paix? L’avenir d’une tradition.», avance l’idée que le Canada serait mûr pour revenir au rôle plus traditionnel de l’armée canadienne, c’est-à-dire retourner à son rôle de maintien de la paix.

Pour ce qui en est de Karzai,  au lieu de déblatérer sur ses alliés de toujours, il serait bien mieux de s’assurer, qu’il aura une armée afghane bien entraînée avant le départ annoncé des alliés.

#afghanistan, #amid-karzai, #fraude-electorale, #ingerence, #otan

Demande d’enquête contre la corruption libérale demandée par qui?

Il y a quelqu’un qui a laissé dans mon  bloc appartements. un feuillet où il y est écrit: «Corruption criminelle libérale: Nous exigeons une enquête». C’est bien évident  que tout le monde veut une enquête publique, mais ce qui est le plus étrange dans le papier, c’est que sur le feuillet en question, il n’y a aucun nom d’association pour la revendiquer.

De plus ce qu’il y a de plus insolite, j’ignore si la personne ou le groupe qui a fait le feuillet voulait faire passer un message ou non, mais il a été imprimé à l’endos d’un formulaire d’impôt. Impossible de dire cependant, si c’était celui du fédéral ou du provincial.

#corruption, #enquete

Québec recule en partie sur le ticket modérateur en santé

Le journal «Le Soleil» nous apprend ce matin, que le gouvernement Charest a décidé de reculer au niveau du ticket modérateur en santé, mais qu’il est toujours en faveur de la contribution de 200$ en 2012 en s’assurant avant tout que cette franchise n’aura pas pour effet de faire perdre leur argent prévu pour la santé venant d’Ottawa.

Les médecins et les partis d’opposition vont se battre contre cette franchise. J’imagine qu’il y aura peut être même des politiciens du Québec dont des députés du PQ qui vont se rendre à Ottawa pour défendre la cause de la santé au Québec.

Si ça devait effectivement être le cas, ça va faire bizarre de voir les ennemis acharnés du fédéralisme, aller demander à Ottawa de défendre le réseau de la santé au Québec, alors que le PQ passe son temps à dire que le système fédéral ne fonctionne pas.

#budget, #ticket-moderateur