Et si on avait des élections fédérales cette année à cause de l’Afghanistan?

Le président de la Chambre des Communes a accepté que le gouvernement donne des informations concernant les échanges de prisonnier en Afghanistan tout en indiquant, que les députés qui auront droit de regarder les documents en question devront toutefois respecter les règles de sécurité nationale et s’assurer que les informations ne pourront être rendues public.

Les partis politiques devront donc s’entendre sur une procédure pour avoir accès aux documents, s’il n’y a pas d’entente, le gouvernement pourrait être renversé. Ce qui fait dire le journaliste Raymond Giroux du journal «Le Soleil»:

Vous en verrez de toutes les couleurs d’ici le 11 mai, avec en prime des menaces d’élections le 14 ou le 21 juin.

#afghanistan, #ottawa, #securite-nationale