Une grève générale pour forcer Jean Charest à déclencher des nouvelles élections provinciales

Je viens de lire un article dans «Rue Frontenac» où quelqu’un a laissé un commentaire, où il disait que la population devrait faire une grève générale illimitée afin de forcer Jean Charest à déclencher des nouvelles élections.

Personnellement, bien que cette proposition soit pacifique, il est utopique de croire que les gens seront disposés à faire une grève générale illimitée, même s’ils ont le ras-le-bol, puisque environ 60% des travailleurs au Québec ne sont pas syndiqués et le fait de vouloir aller en grève pourrait signifier un congédiement.

D’autre part, il ne faut pas oublier, que lors du premier mandat de Jean Charest, ce dernier avait commencé à s’attaquer aux acquis des syndicats, notamment en ce qui concerne l’article 45 du Code du travail au sujet de la sous-traitance et les «fusions forcées» des syndicats dans le domaine de la santé,  les syndicats avaient alors décidé de faire un «pacte social», qui disait qu’ils sortiraient en grève au moment opportun, si le gouvernement continuait à s’acharner sur les syndicats et les syndiqués.

Je me souviens à l’époque, nous étions syndiqués à un syndicat affilié à la FTQ, les Travailleurs canadiens de l’automobile, et nous avions eu une rencontre avec des responsables syndicaux de la FTQ, et cette dernière s’était engagée à consulter ses membres avant de sortir en grève, ce qui est plutôt inhabituel, quand on sait que lorsqu’un mandat de grève est accordé, le syndicat ne consulte pas nécessairement ses membres avant de déclencher la grève.

Finalement, lorsque le temps était venu de sortir en grève, la CSN s’était retrouvée isolée et n’a pu aller de l’avant, puisque la FTQ avait décidé que gouvernement Charest était en fin de compte pas si pire que ça.

Il faut croire qu’à l’époque, la FTQ avait des bons contacts avec le PLQ, et que ces contacts seraient peut-être encore en place, considérant que le gouvernement et la FTQ-construction  refusent toujours une enquête publique dans le milieu de la construction et privilégient plutôt les enquêtes policières.

Et pour terminer, même si les employés syndiqués dans le secteur public  étaient d’accord pour faire une grève pour exiger la démission du gouvernement, comment cette grève pourrait-elle être gérée, en considérant les services essentiels, et encore plus important dans le secteur privé, une grève est-elle possible, quand on sait que dans plusieurs conventions collectives, il est spécifié aqu’il est illégal d’aller en grève où de faire un lock-out»

#elections-provinciales, #greve, #jean-charest, #plq