Des lacunes pour l’enseignement du français aux nouveaux immigrants?

Je viens d’être témoin de quelque chose, que je n’aurais jamais cru voir à Québec. C’est que je suis allé dans une tabagie pas trop loin de la maison, et il y avait une personne âgée qui payait probablement pour la première fois par carte de débit. Ne sachant pas comment faire, elle posait des questions au propriétaire pour qu’il lui dise comment faire.

Mais ils n’étaient pas capables de s’entendre pour la simple raison, que le propriétaire de l’établissement ne parlait que chinois! Je pourrais peut-être comprendre un tel phénomène, si c’était arrivé dans le quartier Chinatown à Montréal, mais en plein centre ville de Québec, ça n’a vraiment pas sa raison d’être.

J’avais toujours cru que les gouvernements encourageaient les nouveaux immigrants à apprendre une des deux langues officielles, de préférence la langue française pour les immigrants qui décident de s’établir au Québec.

Pour le propriétaire de la tabagie, il est peut être en attente d’une place dans une classe, ce qui explique pour le moment, qu’il ne parle que le chinois, en laissant le soin à ses enfants qui sont polyglottes de lui traduire ce qu’il doit savoir.

En attendant, selon le Parti Québécois, le gouvernement du Québec a fait des compressions budgétaires, ce qui s’est soldé par la fermeture de 30 écoles de francisation des nouveaux immigrants.

#immigration, #langue-francaise