Quand Karzai se met à déblatérer…

Non mais, est-ce que quelqu’un peut me dire quelle mouche a bien pu piquer le président afghan Amid Karzai?

Samedi, il a osé accuser l’occident de s’ingérer dans les affaires afghanes et d’être responsable des fraudes électorales qui ont eu lieu lors des dernières élections tenues le 20 août  dernier.

Ce qui a vraiment agacé les alliés occidentaux, dont Peter  Galbraith le numéro 2  de l’ONU lors du scrutin du mois d’août dernier a répondu aux accusations du président afghan en disant:

« C’est évidemment absurde et ahurissant ». (…) « Franchement, on se pose des questions sur son état mental ou sur son rapport à la réalité ».

Et on apprend maintenant, que  Karzai refuse toute nouvelle offensive militaire avant d’avoir consulté les chefs de tribus, et qu’après avoir eu leur accord, puisque le président afghan prétend  que plusieurs  dans son pays croient que c’est l’occident qui lui dit quoi faire.

C’est possible que dans les coulisses, l’occident essaie de s’ingérer dans les affaires internes de l’Afghanistan, en évitant de faire la gaffe de l’ancien ministre des affaires extérieurs du Canada Maxim Bernier, qui avait eu le malheur de dire publiquement que Karzai devrait limoger le gouverneur de Khandar parce que ce dernier était corrompu.

Mais est-ce que  l’occident  peut faire autrement, considérant que malgré les engagements de Karzai de s’attaquer à la corruption,  rien ne prouve que ce dernier s’occupe vraiment à l’enrayer. Surtout qu’un rapport du Haut commissariat des droits de la personnes des Nations Unies révèle que la corruption est toujours omniprésente et qu’elle a plus que jamais des conséquences sur la population.

« La corruption très répandue limite davantage l’accès aux services pour une large proportion de la population »

Karzai ne doit pas oublier qu’il ne gouverne que sur  la région de Kaboul, et que si ce n’était de l’importante  aide économique et militaire, ça ferait belle lurette, qu’il serait  vraisemblablement devenu lui-même un nouveau réfugié politique.

Il ne doit pas oublier également, que les pays présents en Afghanistan ont de plus en plus de pression de la part de leurs populations pour quitter ce pays. Le gouvernement des Pays-Bas est tombé au début de l’année parce que le gouvernement voulait, à la demande des américains, prolonger sa présence en Afghanistan jusqu’en 2011,  et Barrack  Obama envisage lui-même, à commencer à retirer les troupes américaines d’Afghanistan en 2011. alors que le Canada s’est déjà engagé à sortir du pays en juillet 2011.

Il reste à voir cependant  si le Canada ne pourrait pas changer d’idée, puisque le pays a reçu une demande des États-Unis de garder au-delà de 2011, entre 500 et 600 soldats canadiens en Afghanistan pour former des militaires afghans. Où si le Canada décidera plutôt de suivre les recommandations d’une étude de la  Canadian Defense and Foreign Affair Institute  intitulé «Qu’est-il advenu du maintien de la paix? L’avenir d’une tradition.», avance l’idée que le Canada serait mûr pour revenir au rôle plus traditionnel de l’armée canadienne, c’est-à-dire retourner à son rôle de maintien de la paix.

Pour ce qui en est de Karzai,  au lieu de déblatérer sur ses alliés de toujours, il serait bien mieux de s’assurer, qu’il aura une armée afghane bien entraînée avant le départ annoncé des alliés.

#afghanistan, #amid-karzai, #fraude-electorale, #ingerence, #otan