Budget du Québec, on a pas voté pour ça! Vraiment?

Au lendemain du dépôt du budget, on peut lire et entendre des gens dire qu’ils sont insatisfaits du dernier budget, et qu’ils n’ont pas voté pour ça.

C’est drôle, je connais des gens dans mon entourage qui n’ont pas voté à l’élection provinciale en décembre 2008, parce que pour eux, que ce soit un parti ou un autre qui soit au pouvoir, ça revient à dire que c’est du pareil au même, et en plus  il faut bien l’avouer toutes les élections à répétition autant au niveau fédéral que provincial aux cours des 4 ou 5 années en ont blasé plus d’un. Ce qui explique en partie le faible taux de participation à l’élection de décembre 2008, où seulement 57,3% des citoyens ont pratiqué leur droit de vote.

Alors qu’on ne vienne pas me dire, que l’ensemble de la population québécoise n’a pas voté pour ça. C’est comme après la deuxième guerre mondiale, on pouvait entendre plusieurs français dire, qu’ils avaient fait partie de la résistance, alors qu’il en était rien.

Comme l’a si bien dit Hillary Clinton alors qu’elle était sénatrice de New York:

Ceux qui ne votent pas perdent le droit de se plaindre.

On a finalement le gouvernement qu’on mérite.

#budget, #on-a-pas-vote-pour-ca

La santé va coûter plus chère au Québec

Le gouvernement Charest a sorti hier, son nouveau budget, qui comme on pouvait s’y attendre ne fait pas l’affaire d’une bonne partie de la population, en raisons des différentes hausses de taxes comme celle sur l’essence qui aura comme conséquence, que nous aurons à payer plus pour notre panier d’épicerie, des hausses de tarif d’électricité,des hausses de TVQ, et même ce qui aurait dû être fait depuis longtemps, une hausse des frais de scolarité.

Là où le gouvernement innove, c’est la nouvelle contribution que les québécois devront payer pour les frais de santé qui sera de 25$ cette année, 100$ l’an prochain et 200$ en 2012. Le gouvernement assure que cette contribution ne s’appliquera pas aux personnes à faibles revenus.

Je ne peux m’empêcher de m’interroger sur cette nouvelle contribution, considérant, qu’il y a encore 2 millions de Québécois qui n’ont toujours pas de médecin de famille, que certains se trouveront des médecins dans des coopératives de santé ou bien encore qui ont des assurances privées et privilégieront plutôt les cliniques privées, alors pourquoi toutes ces personnes devaient-elles alors payer cette contribution obligatoire?

Le gouvernement jongle aussi avec l’idée d’imposer une franchise qui sera chargée sur le rapport d’impôt, selon le nombre de visites médicales. Le gouvernement ne croit pas que cette nouvelle franchise ira à l’encontre des dispositions de la Loi sur la santé du Canada qui interdit l’imposition d’un ticket modérateur dans la santé.

Mais les relations entre Québec et Ottawa étant plutôt tendues depuis quelques temps, que va décider Ottawa au sujet de cette franchise?

#budget-quebec-2010-2011, #deficit, #raymond-bachand

Ann Coulter à l’université d’Ottawa attention aux propos haîneux

J’apprends aujourd’hui, que l’écrivaine Ann Coulter doit prononcer un discours ce lundi à l’université d’Ottawa, et qu’il existe une controverse au sujet de cette visite, puisqu’elle a reçu une lettre du vice-président de l’université, l’avisant de faire attention à ce qu’elle va dire, puisqu’elle pourrait être poursuivie par l’université, si elle tient des propos haîneux.

Certains s’indignent de cette situation, mais peut-on vraiment en vouloir à l’université d’avoir agi de la sorte? On sait que Mme Coulter ne fait pas toujours dans la dentelle quand elle tient ses commentaires, elle a déjà dit que les États-Unis devraient envahir le Canada parce que le gouvernement canadien avait refusé de prendre part à la guerre en Irak, ou encore à participer au programme de bouclier anti-missile qui était si cher au président Bush.

Au lendemain des attentats terroristes au World Trace Center et au Pentagone, Mme Coulter disait que:

«Nous devrions (États-Unis) envahir leurs pays, tuer les leaders et les convertir au christinamisme»,

Elle croit également que que tous les citoyens américains devraient contraint à se convertir au christianisme, et qu’on devrait mettre aux poubelles le judaisme.

Devant de tels propos tenus par Mme Coulter, je pense que c’est une bonne idée de rappeler à Mme Coulter que notre histoire, nos usages et coutumes et particulièrement à la liberté d’expression sont différentes de celles des américains.

Ça lui éviterait peut-être de commettre des gaffes comme elle a déjà commises, particulièrement lors d’une entrevue accorder à la CBC, où elle disait que le Canada avait toujours été un grand ami des États-Unis et qu’il avait participé à la guerre du Vietnam, alors que le gouvernement Trudeau avait toujours refusé d’y prendre part.


#ann-coulter, #propos-haineux, #universite-ottawa

Vidéo dénoncant le nouveau calendrier scolaire

Au début du mois de février dernier, j’écrivais un texte pour dénoncer le changement de calendrier scolaire, qui ferait en sorte que ce ne sont plus les jours d’écoles qui compteront, mais plutôt le nombre d’heures d’études.

On apprenait par la suite, que le motif de cette modification était destinée à accommoder les étudiants juifs hassidiques.

Mais on peut se demander si cette décision impopulaire sans consulter qui que ce soit, à l’exception du lobby des juifs hassidiques. Voici ci-dessous un excellent vidéo qui dénonce la réforme Courchesne.

#calendrier-scolaire

Quand la FTQ construction s’en prends à tout le monde

La FTQ construction fait encore la une de l’actualité, cette fois-ci ce sont des accusations d’intimidation, de trafic de drogues, de taxage et des placements d’employés, qui font la manchette, un peu comme ce qui s’est passé en 2003 sur les chantiers de la Gaspésia.

Afin de donner sa version des faits, la FTQ construction a convoqué hier les médias à une conférence de presse, mais finalement, cette rencontre ressemblait plus à une campagne d’intimidation de sa part, car elle a menacé de poursuivre les médias et les commentateurs qui ont fait des reportages négatifs sur le syndicat, et il faut croire que ça a fonctionné, puisqu’aujourd’hui, s’il faut en croire certains animateurs de radio, l’ensemble des journalistes et les chroniqueurs concernés sont restés plutôt silencieux depuis la sortie de la FTQ construction.

Pour ce qui est d’une commission d’enquête sur la collusion dans la construction, la FTQ y est toujours opposée, parce qu’elle craint, qu’il va arriver la même chose que lors de la commission d’enquête sur le dépassement des coûts de la Gaspésia, et qu’on refusera d’entendre tous les témoins, ce qui pourrait avoir comme conséquence, que la commission pourrait sortir encore une fois, un rapport qui pourrait être dommageable pour la crédibilité du syndicat. Et c’est pourquoi, la plus grande centrale syndicale préconise plutôt les enquêtes policières ou encore des enquêtes de la Commission de la construction du Québec.

Mais sans vouloir m’attaquer à l’intégrité de la Commission de la construction du Québec, je ne peux m’empêcher de me demander si on peut faire confiance aux enquêtes de la Commission de la construction du Québec, lorsqu’on considère que les employés de cette commission sont eux-mêmes syndiqués avec la FTQ?

La FTQ à force de toujours refuser des commissions d’enquêtes, et en commencant à s’en prendre aux médias, risque plutôt de perdre encore plus sa crédibilité, et le Fonds de solidarité de la FTQ risque d’en faire les frais, puisque comme le mentionne Pierre-Paul Nadeau du journal Le Soleil:

«Les contribuables québécois ont beau apprécier les alléchants crédits d’impôt, lors des campagnes REER, ils vont finir par y penser deux fois avant de se tourner vers le Fonds FTQ s’ils craignent que leurs épargnes ne financent que des affaires louches».

Pour en savoir un peu plus sur le dossier de la Gaspésia, je vous invite à lire l’excellent texte de Pierre Morin l’auteur du blogue Écran radar en cliquant ici.

#ftq-construction, #gaspesia, #intimidation, #placements-demployes, #taxage, #trafic-de-drogue

Le bourbier afghan et la présence canadienne

Lorsque le Canada a décidé d’aller en Afghanistan, c’était pour remplir ses obligations envers l’OTAN dont il est membre, tout en lui permettant d’avoir une raison pour ne pas participer à la guerre illégale contre l’Irak, parce que le Canada n’avait pas les effectifs et l’équipement nécessaire pour faire la guerre sur deux fronts, et que de plus, le conseil de sécurité de l’ONU avait refusé de donner le feu vert à une intervention armée en Irak, comme le demandait à l’époque le premier ministre canadien Jean Chrétien.

En envoyant donc des militaires canadiens en Afghanistan, ça permettait alors aux américains, de désengager certaines troupes d’Afghanistan pour les envoyer se battre en sol irakien, le Canada aidait donc indirectement les américains à guerroyer et occuper l’Irak.

Depuis queltques temps déjà, plusieurs commencent à s’interroger sur la stratégie américaine de transférer ses troupes d’Afghanistan pour les envoyer en Irak, parce qu’en agissant ainsi, ça a permis aux talibans de se réorganiser et devenir plus forts en partie, grâce aux financements que les Talibans touchent grâce aux énormes bénéfices tirées du commerce de la drogue qui est plus florissant que jamais.

Selon un responsable de l’ONU, les Talibans pourraient toucher jusqu’à 140 millions$ par année grâce au trafic de la drogue, alors que sous les règne des Talibans, la production de drogue était interdite pour des raisons religieuse, mais qu’elle était tout de même tolérée.

De l’avis de plusieurs généraux et politiciens, il est évident depuis déjà plusieurs années, que cette guerre en Afghanistan ne peut être gagnée, et il faut tout faire pour sauver le gouvernement corrompu en place, et lui donné le temps nécessaire pour former une armée afghane, l’OTAN n’a donc pas tellement le choix de maintenir des hommes en Afghanistan.

À l’instar de d’autres pays notamment l’Italie et la Grande-Bretagne qui vont retirer leurs troupes d’Afghanistan en 2011, le Canada s’est déjà engagé par une motion unanime de la Chambre des communes, de retirer ses soldats l’Afghanistan d’ici la fin de l’année 2011, mais certains s’inquiètent que le gouvernement Harper pourrait jouer sur les mots, en retirant les soldats de Kandahar qui est la zone de combat la plus dangereuse, pour les redéployer ailleurs en Afghanistan.

Alors qu’au Pays-Bas, le gouvernement est tombé, à cause que les parlementaires n’ont pu s’entendre sur un report du retrait des troupes néerlandaises d’Afghanistan, prévu au courant de l’été 2010, alors que les États-Unis auraient aimé prolonger les discussions au sujet du retrait des Pays-Bas.

Pour ce qui est des États-Unis, le président Obama semble travailler, lui aussi, pour se retirer d’Afghanistan en 2011, mais le fera-t-il et trouvera-t-il d’autres solutions à des problèmes qui pourraient surgir bientôt? On a qu’à penser à l’augmentation de l’intégrisme musulman, alors que les terroristes d’Al Qaida ont trouvé refuge au Pakistan qui possède l’arme atomique, et que l’Iran qui devient de plus en plus une dictature, travaille lui aussi pour acquérir l’arme atomique, et qu’il va falloir beaucoup de patience et de doigté de la part des américains, pour persuader Israël de ne pas lancer ses bombardiers sur les installations nucléaires iranienne, ce qui pourrait mettre, sans nul doute, le feu au poudre dans la région.

Il est bon de rappeler que Israël a déjà bombardé sans avertissement, la centrale nucléaire Osirak qui était en construction dans le sud-est de Bagdad le 7 juin 1981, alors que l’Irak se trouvait en guerre contre l’Iran, parce qu’il considérait que cette centrale nucléaire pourrait devenir une menace potentielle pour Israël, Le bombardement avait causé la mort d’un travailleur d’entretien français.

Pour l’instant, les États-Unis semblent voir d’un assez bon oeil, la décision du président afghan Amid Karzai de vouloir entreprendre des négociations avec des Talibans qui n’ont aucun lien avec Al Quaida, et de leur garantir des emplois et l’accès à l’éducation.

Mais pour le mollah Omar le chef des Talibans, il exige comme condition pour entreprendre des négociations avec le président afghan Amid Kharzaî, que les troupes d’occupations quittent l’Afghanistan, que que le président refuse, en disant que les pays membres de l’OTAN resteront en Afghanistan aussi longtemps que leur mission ne sera pas complétée.

L’OTAN estimait qu’en 2004,  qu’il y avait 400 talibans en Afghanistan,  alors qu’aujourd’hui, on dénombre qu’il y a 30,000 talibans en Afghanistan.

#afghanistan, #otan