Rien ne va plus à l’ADQ…

Rien ne va vraiment plus à l’ADQ particulièrement depuis le déclenchement de la campagne à la chefferie du parti. où l’on a pu être témoin d’un conflit profond  entre le clan de Gilles Taillon et celui de Éric Caire.

Gilles Taillon a hérité d’un parti en mauvais état depuis la sévère râclée que l’ADQ avait subie lors des élections de décembre 2008,  et particulièrement depuis la campagne à la chefferie de l’ADQ  où la grande majorité des membres ont refusé de voter pour le nouveau chef, et que Gilles Taillon a gagné par seulement 1 voix.

Taillon en devenant chef de parti  devait travailler pour  rallier tout ce beau monde,  et Éric Caire pour ne pas nuire au parti, avait décidé de s’allier à Taillon, mais ce dernier l’a plutôt  écarté ainsi que ses partisans, Taillon en agissant ainsi a alors failli à sa tâche.

Il y a eu ensuite la révélation  faite hier, voulant que le président de l’ADQ Marc Charpentier a remis deux chèques en son nom personnel et au nom de son épouse,  à Gilles Taillon d’un montant de 3000$ chacun pour qu’il puisse poursuive sa campagne à la chefferie.

Le président du parti Marc Charpentier  se défend d’avoir agi de mauvaise foi en donnant de l’argent à Taillon, puisqu’il prétend que ça faisait longtemps qu’il voulait donner de l’argent à Taillon, et qu’il avait utilisé son droit de réserve pour le faire!  M. Charpentier a peut-être oublié en quoi consistait un poste de président, il s’agit en fait de voter seulement lorsqu’il y a un vote sur un projet quelconque et qui dont le résultat du vote est nul.

Toujours est-il, Éric Caire et Marc Picard ont décidé de claquer la porte à l’ADQ aujourd’hui. Éric Caire reconnaît que ça faisait longtemps qu’il y pensait, et il devait à l’origine annoncer sa décision seulement la semaine prcchaine, mais qu’il avait décidé d’avancer son annonce à aujourd’hui en raison de la révélation que le président du parti avait fait des dons à Gilles Taillon.

Le parti va-t-il survivre à cette crise? On peut sérieusement en douter, et même si Gilles Taillon décidait de quitter l’ADQ pour sauver le parti, Éric Caire a dit que c’était hors de question qu’il retourne à l’ADQ, qu’il ne se reconnaissait plus dans ce parti de centre-droite.

Il a indiqué aussi, qu’il y a de la place au Québec pour un parti de centre droite, et qu’il aimerait bien que les lucides comme Joseph Facal décident de former un nouveau parti politique de centre droit, au lieu de continuer de jouer aux gérants d’estrade.

Il reste à voir maintenant si l’ADQ ne connaîtra pas une nouvelle hémorragie, il semblerait que Janvier Grondin pourrait lui aussi immiter Éric Caire, qu’en sera-t-il des Sylvie Roy, Gérard Deltell, ou François Bonnardel qui a appuyé Gilles Taillon.

#adq, #eric-caire, #gilles-taillon, #marc-picard