Pour l’abolition du registre des armes à feu

Un pan important du registre des armes à feu vient de tomber, puisque les députés à la chambre des communes viennent de voter en première lecture ,en faveur du projet de loi de la députée conservatrice Candice Hoeppner qui vise à soustraire les armes de chasse du registre national des armes à feu.

Ça fait déjà plusieurs années que les conservateurs tentent par tous les moyens de mettre le registre au panier, et on est en droit de se demander si le registre est toujours nécessaire. 

Pour certains commes l’ensemble des corps policiers  ou encore pour la Coalition pour le contrôle des armes à feu la réponse est non. Pour Mme Suzanne Laplante-Edward de la Coalition et mère d’une des victimes de la Polytechnique, le registre a fait ses preuves, car selon des chiffres, le nombre de victimes des armes à feu, que ce soient des meurtres, des accidents de chasses ou encore des accidents de manipulation, est passé de 1441 en 1991 à 742 victimes aujourd’hui.

Tandis que pour les opposants au registre, c’est une énorme perte d’argent, en fait le registre devait coûter à sa sortie en 1995, la somme de 2 millions alors que dans les faits, le registre avait coûté en 2006 le coquette somme de 1 milliard$, sans pour autant être assurés que toutes les armes à feu soient toutes enregistrées, puisque quel criminel serait assez fou d’enregistrer son arme à feu?

D’autre part en peut mettre en doute l’efficacité du registre, lorsqu’on sait que Kimveer Gill le tireur fou qui a vidé ses chargeurs sur les étudiants au Collège Dawson et qui a fait une victime, avait enregistré toutes ses armes et pourtant, il n’avait jamais été importuné par la police avant les événements funestes.

Il y a aussi le cas de la policière Valérie Gignac qui est décédée lors d’une intervention policière par François Pépin qui n’avait pas le droit d’avoir des armes depuis dix ans, mais qu’un juge lui avait accordé la permission d’avoir un fusil de chasse lors de la période de la chasse.

Finalement ces événements démontrent que le registre des armes à feu ne fonctionne pas très bien, et surtout que les armes utilisés pour commettre ces crimes étaient toutes enregistrées, et ça n’a pas empêché de commettre des meurtres.

De plus, ce registre ne permet aucunement de contrôler la circulation des armes illégales, qui sont utilisées par les bandes criminalisées comme à Toronto, afin de commettre des meurtres, parce qu’il ne faut pas se le cacher, il n’y aura jamais un criminel qui sera assez fou d’enregistrer son arme, et il est faux de croire, que même si on réduisait le nombre d’armes en circulation, les criminels trouveraient bien d’autres moyens pour tuer quelqu’un.

Alors quel est l’intérêt de vouloir garder un registre qui dans le fond, est difficile à mettre à jour et à utiliser.

#criminalite, #meurtre, #registre-desarmes-a-feu