Un itinérant dans une nuit froide

En finissant de travailler ce soir, j’ai été témoin de quelque chose, que je n’avais pas vu personnellement depuis bien longtemps. Il y avait un jeune à l’arrêt d’autobus, il ne devait pas avoir beaucoup plus de 20 ans.  tout ce qu’ il  portait comme vêtement étaient un t-shirt sans manches, des jeans, des espadrilles, et pour couronner le tout, une tuque de couleur orange.

Des gens qui étaient à l’arrêt lui parlaient et de la façon qu’il répondait, on voyait très bien que ce n’était pas quelqu’un qui  semblait vivre des problèmes psychologiques, du moins pour le moment.

Le plus hallucinant, c’est qu’en l’observant comme il faut, on pouvait voir qu’il tenait dans sa main le restant d’une pomme de laitue, qu’il semblait avoir trouvé dans unes des  poubelles se trouvaient dans l’abribus, et il la mangeait.

 C’est tout de même encore incroyable qu’un jeune itinérant,  se retrouve dans la rue assez tard dans la nuit, surtout que les nuits commencent à être de plus en plus fraîches pour ne pas dire glaciales, serait-il possible qu’il n’ait pas réussi à trouver un endroit chaud comme dans des maisons «d’accueil»?

C’est plus que probable, Il y a un an ou deux, l’Université dévoilait une étude dans laquelle on pouvait lire, , qu’il manquait à Québec au moins 150 places  pour abriter les sans-abris et qui n’ont nullepart à aller.

 Notre gouvernement doit sortir dans les prochains jours une étude sur l’itinérance et comment régler le problème des sans abris, est-ce qu’on proposera des gestes concrets où est-ce que l’étude connaîtra le même sort des autres commissions parlementares, c’est-à-dire se retrouver sur une tablette?

Le comble dans tout ça, c’est que dans son édition du 26 octobre dernier le Journal de Québec nous apprenait,  que des fonctionnaires du Ministère de l’emploi et de la solidarité sociale se faisaient payer la traite dans les restaurants de Québec. En quelques part, ça ne fait vraiment pas sérieux.

#itinierance, #sans-toit