Bien réfléchir avant de faire un don

Devant le nombre croissant d’organismes de charité, ces dernières doivent se montrer de plus en plus innovatrices, surtout lorsqu’on veut, en plus,  jouer un rôle politique.

C’est ce que je me suis rendu compte la semaine dernière, quand j’ai été accosté au coin d’une rue, la semaine dernière,  en me rendant au travail par une travailleuse ou une bénévole, je ne sais trop, pour faire un don à une organisation regroupant plusieurs organismes communautaires qui luttent contre le fléau du VIH-SIDA.

Tout ce que la personne me disait faisait bien du bon sang, et elle me disait que si je faisais un don, la moitiée irait en Afrique et l’autre moitiée resterait au Québec, sans toutefois mentionner, quelle partie du don serait utilisée à des fins administratives.

Mais c’était une bonne cause et j’étais intéressé à leur faire un don, mais le hic,j’ai appris après avoir signé les papiers,  que je devais faire des dons pour un montant minimum de 8$  par mois qui serait prélevé sur une carte de crédit ou directement dans mon compte bancaire, et que je pouvais mettre fin à ce don en tout moment, en avertissant l’organisation par téléphone.

Alors j’ai fait croire que je n’avais pas mes cartes sur moi et bien entendu de nos jours qu traînent sur lui son chéquier? Alors on s’était entendu pour qu’elle me rappelle le lendemain, ce qui faisait mon affaire parce que ça me permettrait de réfléchir davantage sur la question.

Finalement quand elle m’a appelé, je l’ai alors avisée  que j’avais changé d’idée, que je je désirais toujours faire un don mais de cette façon, que j’enverrais plutôt un chèque à l’adresse mentionnée au bas du formulaire, de cette façon je n’aurais qu’à envoyer un chèque sans avoir à être obligé de tenter de les joindre pour faire arrêter les prélèvements dans mon compte bancaire où sur mes cartes de crédit.

Elle m’a alors indiqué que c’était dommage, parce que si plusieurs personnes refusaient de faire ce genre de don, l’organisation n’aurait aucun poids politique, sauf que j’ai été longtemps dans le milieu communautaire, et je sais très bien que si une organisation veut avoir un poids politique, une des façons de le faire, c’est d’avoir des membres, ce que l’organisation qui voulait mon argent ne semblait pas avoir, tout ce qu’elle voulait, c’était le cash.

Je nc connais pas le fonctionnement de l’organisme à l’interne, et en écrivant  ça, je ne dis pas que l’organisation n’est pas bonne, sauf que je ne voulais pas ëtre pris à me débattre avec quelqu’un qui est à Montréal pour arrêter mes prélèvements, sans savoir combien de temps ça prendra pour que les prélèvements cessent.

#dons, #organismes-de-charite, #vih-sida