Attention aux promotions de cartes de crédit à bas taux d’intérêt

Il faut faire attention aux promotions de cartes de crédit à taux d’intérêt peu élevés, il serait sage, de bien lire les clauses en caractères de contrat d’assurance.

Via le blogue Les 7 du Québec

Quand la carte de crédit VISA CIBC vous présente une promotion avec un taux d’intérêt réduit tel que 3,9%, faites attention à l’arnaque suivante.

La promotion peut sembler alléchante. Tu reçois 2 chèques que tu peux utiliser en octobre. Les montants ainsi empruntés porteraient un taux d’intérêt de 3,9% jusqu’à l’état de comte de mars 2010. Si vous ne payez les montants dûs à chaque mois vous perdez le privilège et le taux d’intérêt remonte à 20% pour l’ensemble de la période. Évidemment, il faut aussi vérifier si les montants empruntés remontent à un taux d’intérêt de 20% la journée d’émission de l’état de compte du mois de mars ou à la date d’échéance en avril!

Les petits caractères à lire avec une loupeJ’ai fait une photocopie en la grossissant à 200% pour pouvoir lire les conditions réelles de remboursement. L’arnaque débute avec l’utilisation de votre carte de crédit pour vos usages de consommation réguliers. Il est clairement spécifié que les remboursements que vous ferez pendant la période de promotion s’appliquent premièrement aux montants empruntés à taux promotionnel et ensuite aux achats ou avances de fonds à taux d’intérêt régulier. Je n’en croyais pas mes yeux. J’ai téléphoné à CIBC VISA et ils m’ont confirmé que je savais lire, mais surtout interpréter leurs petits caractères.

En clair cela veut dire que pour tous vos achats courants, même si vous les payer en recevant l’état de compte, vous allez payer 20% d’intérêt sur tous vos achats, tant et aussi longtemps que votre promotion ne sera pas terminé! Vous avez emprunté 1000$ à un taux préférentiel de 3,9%. Vous avez acheté dans le mois pour 500$. Vous recevrez votre état de compte avec un paiement minimum qui va tourner autour de 30$. Tous les paiements que vous ferez vont premièrement s’appliquer sur le 1000$ à taux réduit. Vous leur envoyez un paiement de 530$ en pensant payer vos achats et le paiement minimum du montant emprunté. CIBC VISA va déduire 530$ du montant de 1000$ emprunté en promotion et vous charger des intérêts de 20% sur vos achats de 500$. Ces mêmes achats qui, en temps normal, n’auraient pas porté d’intérêt puisque vous les payez au complet.

La différence entre les groupes criminalisés et la carte de crédit CIBC VISA est simple. Les groupes criminalisés viennent chercher ton argent et tu es conscient que tu viens de te faire voler. CIBC VISA vient chercher ton argent et tu lui dis merci d’en avoir fait la promotion!

Publicités

Qu’on abolisse le sénat…

Les sénateurs libéraux ont voté contre un projet de loi, qui si il avait été adopté, aurait fait en sorte, que le temps passé en prison en attendant de passer en procès, ne serait plus calculé en double.

Définitivement, on peut voir que les sénateurs sont nommés, et n’ont aucun compte à rendre aux citoyens qui passent leurs temps à dire, qu’ils veulent des lois plus sévères et un durcissement du système judiciaire.

#peines-de-prison, #senat-canadien

Non à toutes autres tâches connexes

Certains employeurs trouvent parfois, que c’est plus profitable pour leur entreprise, de donner du travail en temps supplémentaire, surtout si ça arrive de façon occasionnelle, au lieu que d’engager du nouveau personnel, alors que pour d’autres entreprises préféreront plutôt, embaucher une personne polyvalente, et qui pourra travailler 5 jours semaines en cumulant plusieurs fonctions, au lieu que d’engager deux ou trois personnes qui travailleront à un seul poste, mais qui travailleront par contre que 1 ou 2 jours semaine.

Ce qui est le plus aberrant dans le cas où l’employeur décidera plutôt d’embaucher une personne polyvalente, c’est de voir la réaction de certains employés et des syndicats, parce qu’ils craignent que l’implantation d’un tel système, pourrait entraîner des effets indésirables, c’est-à-dire que l’on pourrait demander à l’ensemble des employés d’accomplir des tâches pour lesquels ils n’ont pas été embauchés, pourtant des clauses peuvent être négociées à l’effet qu’on ne peut demander à quelqu’un à travailler à un autre poste que celui où il travaille habituellement.

Il va falloir que à un moment donné, ces personnes et les syndicats repensent cette philosophie, surtout que avant longtemps, le Québec à l’instar de plusieurs autres pays au monde, connaîtra très bientôt une pénurie de main-d’oeuvre, et les employeurs rechercheront, alors, de plus en plus des employés qui pourront faire toutes les «tâches connexes».

C’est certain que les syndicats sont là avant-tout pour protéger et améliorer les conditions de travail de leurs membres, mais en faisant ce travail, ils ne doivent pas oublier, qu’ils ne sont pas là pour les empêcher de travailler.