Est-ce que ça ne commencerait pas à sentir le corporatisme syndical?

Alors que nous sortons d’une période ouverte de maraudage à l‘hôtel où je travaille, et que tout semblait être terminé, avec le dépôt de la requête d’accréditation de la CSN à la Commission des relations de travail, tout laisse maintenant croire que rien n’est terminé.

Le syndicat des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA) qui est toujours l’accréditation syndicale, jusqu’à ce que la Commission des relations de travail rende sa décision, riposte en annonçant dans une lettre de son directeur québécois Jean-Pierre Fortin, que la demande de requête d’accréditation de la  CSN aurait été déposée en retard d’une journée à la Commission.

Ce qui laisse donc présager, que les TCA contesteront la requête d’accréditation de la CSN. Cette décision sera sûrement difficile à digérer, pour la CSN,  qui selon certains, aurait réussi à faire signer environ 75 à 80% des employés, alors qu’en fin de période de maraudage, de l’aveu même des TCA, le syndicat n’aurait pas réussi à faire signer autant de cartes de démission de la CSN, ainsi que des cartes d’adhésion au syndicat des TCA.

Alors, quel est l’intérêt des TCA d’aller de l’avant avec la décision de contester, pour une question d‘erreur technique? Est-ce que ce serait pour une question d’argent, au lieu de penser à l’intérêt des membres qui veulent changer de syndicat?

Toujours dans sa  lettre le directeur québécois des TCA, mentionne que pendant son séjour à Québec, lors du congrès statutaire des TCA, il disait avoir parlé à plusieurs employés de la situation qui prévaut à l’hôtel, et il disait avoir compris le message des employés, mais l’a-t-il vraiment compris ce message?  Si les employés ont vraiment signé aussi  massivement qu’on le prétend,  pour une nouvelle  accréditation syndicale est-ce que ce n’est pas assez clair, que les employés ne veulent plus rien savoir des TCA.

Malgré tout les TCA vont vraisemblablement contester la demande d’accréditation de la CSN devant la Commission des relations de travail, pour une question d‘erreur technique, mais que va faire le commissaire lorsqu’on lui dira que la requête a été déposée 24 heures trop tard, surtout si effectivement la CSN devait avoir une majorité écrasante des cartes signées contrairement aux TCA?

Est-ce qu’il rendra une décision en faveur de la CSN, en refusant ainsi d’aller contre la volonté exprimée par une majorité des travailleurs, où si il refuserait de prendre position dans le dossier, et demanderait plutôt que l’on procède à un vote?

Si le commissaire optait pour le vote, on peut alors se demander quel sera le taux de participation au vote, considérant que de moins en moins de gens vont voter aux élections municipales, provinciale et fédérales.

Les TCA veulent peut-être un vote, parce qu’ils croient justement qu’ils auraient peut-être une plus grande chance de demeurer l’accréditation syndicale en raison des faibles taux de participation lors de scrutins.