1er Juillet, jour de sport national des Québécois

Aujourd’hui 1er juillet, pour certains c’est le jour de la Fête du Canada, tandis que pour d’autres, c’est le jour de sport national de environ 200 000 Québécois, c’est-à-dire le jour de déménagement.

Comme à d’autres années, certains médias se font le porte-parole des associations de propriétaires comme la Corpiq, afin de dénoncer les mauvais locataires qui ne paient pas leur loyer, alors que les mauvais payeurs ne représentent selon la CORPIQ que 7% de leurs locataires, ce qui représente tout de même selon la CORPIQ des pertes estimées à 200 millions $.

Je reconnais qu’il y a et qu’il y aura toujours des gens qui abusent du système, et ils savent quoi faire pour ne pas payer leur loyer, mais les gens qui ne paient pas leurs loyers ne le font pas tous de façon préméditée. Les raisons de non paiement sont variées, on a qu’a penser aux gens qui ont eu la malchance de perdre leur emploi, et qui attendent toujours leur premier chèque d’assurance emploi, à cause que la Commission de l’assurance emploi du Canada ne suffit pas à la demande croissante des nouvelles demandes d’assurance emploi, et ce même si le gouvernement fédéral a annoncé dernièrement, qu’il embaucherait des nouveaux employés pour aider le plus rapidement possible les chômeurs.

On peut également considérer que certaines personnes paient en retard leur loyer à cause qu’ils connaissent également des retards dans la perception de leurs chèques de la CSST, ou encore de leur chèque des compagnies d’assurances collectives qui sont toujours heureuses de recevoir leurs primes d’assurances, mais qui, lorsque vient le temps de payer, ne sont jamais pressées à délier les cordons de la bourse.

En parlant d’assurance, certains animateurs de la station radiophonique CHOI-FM ont accusé les locataires de ne pas prendre d’assurance habitation (1 Québécois sur 4), même si selon eux, une telle assurance peut coûter aussi peu qu’une vingtaine de dollars. Savent-ils que certaines compagnies d’assurances refusent d’assurer certains locataires pas à cause qu’ils sont insolvables, mais bien à cause que ces compagnies veulent limiter les risques, en n’assurant pas plus qu’un certains nombre de locataires dans un secteur donné.

Et que dans d’autres cas, il y en a certains qui n’ont pas les moyens de se prendre une assurance habitation, on a qu’à penser qu’aux chefs de familles mono-parentales qui sont souvent à faibles revenus, et qui ont toutes les misères du monde à recevoir les pensions alimentaires de leur «ex».

C’est facile de s’en prendre aux mauvais locataires, surtout lorsqu’on ne fait qu’écouter le lobby des propriétaires, mais si ces médias tiennent vraiment à donner l’heure juste sur la crise du logement qui persiste depuis maintenant plusieurs années, ils devraient également rencontrer sans préjugés, les représentants des associations de locataires au lieu de les crucifier sur la place publique.

#corpiq, #crise-du-logement, #locataires, #logement