Quand la CSN déconne….

Quand un conflit de travail persiste, et qu’aucune solution ne semble être possible à plus ou moins court terme, ça peut entraîner des dérapages déplorables, comme c’est arrivé avec les employés du journal de Montréal qui sont allés manifester sur la tombe de Péladeau père.

#journal-de-montreal, #lock-out

Aura-t-on droit à plus de transparence syndicale?

Depuis quelques semaines, on vit à l’hôtel un maraudage, parce que certains croient à tort ou à raison qu’un changement de syndicat pourrait être bénéfique.

Mais un changement d’affiliation syndicale changera-t-elle vraiment quelque chose, où est-ce qu’on aura droit au même type de transparence syndicale que nous avons eu droit aux cours des dernières années, c’est-à-dire en ayant des rapports d’activités qu’une seule fois par année, lors d‘une assemblée générale?

Je crois plutôt que ça ne changera rien, je me souviens, que j’avais  déjà demandé à l‘ancien président, il y a environ un an, si il avait l’intention de faire une assemblée générale bientôt, et il m’avait alors répondu, qu’il n’y en aurait pas avant l’automne, parce que les statuts et règlements prévoyaient que les unités syndicales devaient tenir une assemblée générale par année.

La dernière fois que j’ai vérifié, c’était vrai que les statuts et règlements de la section locale 1044 des TCA disaient  ça, mais la raison qui avait été invoquée à l’époque était, si ma mémoire est bonne, que les unités devaient tenir minimalement une assemblée générale par année, parce qu’il y avait des unités syndicales qui n’en faisaient pas du tout. Ce qui veut dire en somme, que les membres n’ont pas à être tenus dans l’ignorance, et que rien n’empêchaît les unités syndicales comme la nôtre, de tenir plus d’une assemblée générale par année.

Alors, si la CSN devait effectivement devenir le nouveau syndicat des employés syndiqués de l’Hôtel Delta Québec, et que l’ancien président des TCA devait devenir le nouveau président de la CSN, est-ce qu’il tiendra plus d’une assemblée générale, où gardera-t-il la mainmise sur les membres, en tentant de les maintenir dans «l’ignorance»?

Je serais bien curieux de savoir, ce que les statuts et règlements de la CSN prévoient au sujet des assemblées générales?

#csn, #delta-quebec, #maraudage, #tca

Lettre ouverte maraudage Hôtel Delta Québec

Je ne croyais jamais que mon texte intitulé «Ah non pas encore un mauraudage…» susciterait un certain intérêt et  Suzanne m’a demandé de bien vouloir publier ici son texte d’opinion au sujet de ce maraudage.

Voici donc le texte de Suzanne.

Lettre d’opinion

Nous sommes dans une période de remise en question (maraudage). Ce que nous vivons présentement est un mal nécessaire pour mieux comprendre et faire le point sur ce que nous souhaitons vraiment.

Cette période est prévue dans la loi, pour protéger nos droits contre un éventuel abus d’un syndicat. Alors pourquoi je ne pourrais remettre les choses en questions? Pourquoi on essai de me convaincre que ceux qui sont là, me représente bien, quand il y a tant de mécontentement. Mes droits ne doivent pas être brimés, ni par l’employeur, ni par le syndicat. Pourtant en ce moment je ne me sent pas respectée, on destitue le Président parce qu’il a prit position en faveurs des membres (ce à quoi il est mandaté) et on nomme quelqu’un sans tenir compte de l’opinion des membres…

Ceux qui prônent nos droits normalement semblent dérangé par notre volonté de nous en prévaloir.

Ne nous laissons pas intimider dans notre démarche pour changer les choses. Énoncer clairement et correctement votre point de vue, n’ayez pas peur de faire un choix. Nos droits n’ont pas de prix, ils nous aident à avancer et nous donnent l’espoir d’améliorer notre futur. Ne laissez personne vous faire croire le contraire.

Moi, j’ai signée pour le changement pour des raisons personnelles et collectives, Regarder devant puisque derrière nous avons été déçu. Soyons unis et fort pour un avenir plus prometteur.

Syndicalement

Suzanne

#csn, #delta-quebec, #maraudage, #tca

Est-ce que les manifestations changent vraiment les choses?

Depuis les années 1950 et 1960, le monde a été témoin de bien des situations politiques ou sociales  qui ont fait, que les peuples ont pris  les rues d’assaut,  afin de dénoncer certaines décisions prises par nos dirigeants.

Certaines de ces manifestation ont remporté un certains succès, on a que à penser au geste posé par Rosa Parks qui a refusé de céder sa place à un blanc et de s’assoir dans le fonds du bus et qui avait alors été arrêtée par la police; la marche de Martin Luther King à Washington pour les droits civiques en 1963 ou encore les trois  marches de Selma à Montgommery qui ont été le point déterminant pour l’obtention du droit de vote des afro-américains en 1965.

Suivirent ensuite les nombreuses manifestations du milieu des années 1960 jusque au début des années 1970, qui sont alimentées par l’arrivée en sol américain, des trop  nombreux cercueils renfermant  les dépouilles des enfants américains qui ont fait le sacrifice ultime au  Vietnam,  et qui est devenu le 1er conflit à avoir une couverture médiatique sans restriction et sans censure, puisque les téléspectateurs étaient témoins  des villages brûlés par les GI,  des victimes innocentes des bombes au Napalm laguées par des bombardier américain où bien encore voyaient les images d’une exécution d’un jeune homme soupçonné d’être communiste. Ce n’est pas pour rien, que maintenant, les journalistes sont accompagnés de militaires, afin de mieux les «contrôler».

Depuis  cette période, on peut dire qu’il y a eu de  nombreuses autres manifestations allant de la dénonciation de la course aux armements et de l’implantation de nouveaux missiles nucléaires stratégiques en Europe  sous la présidence de Ronald Reagan, ce qui a vraisemblablement mis fin au régime communiste en Union soviétique, où encore les manifestations pour dénoncer les bombardements israéliens contre le Liban et les  territoires occupés,  les manifestations contre la guerre et l’occupation illégale de l’Irak par les États-Unis et certains alliés, où  la présence militaire en Afghanistan. vont vraiment changer les choses?

À mon avis, elles ont toutes servies à rien. Les décisions aveient été prises par des têtes fortes, et elles allaient sûrement pas se laisser influencer par des pacifistes, parce que ces derniers ont tort, et eux ils ont raison!

Alors, à quoi bon tenir des manifestations, comme celles qui doivent se tenir aujourd’hui à travers le monde, pour dénoncer l’absence de démocratie en Iran?

Est-ce que les politiciens iraniens ne se foutent pas un peu de savoir ce qu’on peut penser d’eux? On a juste à penser à toutes les condamnations de la communauté internationale, contre la production de matières  nucléaires qui pourront être utilisées par la suite pour la production d’armes nucléaires, ils continuent tout de même à y aller de l’avant, même si des pays veulent que l’Iran retourne à une table de négociations pour régler le litige.

Le gouvernement Harper homophobe?

Les organisateurs du festival Divers/Cité sont en fusils, en raison que le gouvernement fédéral, lui a refusé une subvention de 155 000$. Il en fallait pas plus, pour que certains qualifient cette décision d’homophobie! Ils font peut-être partie des gens qui accusent certains d’homophobie ou encore de discrimination, sans nécessairement savoir de quoi ils parlent.

Pourtant le gouvernement justifie sa réponse négative, en disant qu’il n’avait plus d’argent, et qu’il avait donné 400 000$ aux organisateurs de la fierté gai de Toronto.

Ça doit bien démontrer que le gouvernement contrairement à ce qui est perçu, n’est pas homophobe, même si plusieurs membres de sa députation sont opposés au mariage gai.

Les organisateurs du festival Divers/Cité doivent comprendre, qu’il y a d’autres fêtes qui ont failli ne pas voir le jour cet été, il y a à peine quelques semaines, on a passé à deux cheveux de perdre les fêtes de la Nouvelle-France à Québec, justement à cause que le gouvernement fédéral retardait de donner sa subvention.

#fierte-gaie, #homophobie, #stephen-harper

Ah non, pas encore un maraudage…

Comme il fallait s’y attendre, notre convention collective venant à échéance en octobre, nous sommes actuellement en pleine période de maraudage à l’hôtel où je travaille.

Il n’y a rien de nouveau là-dedans, ça fait plus de vingt ans, que la CSN rêve de s‘installer chez-nous, pour remplacer le syndicat des Travailleurs canadiens de l’automobile, qui est entré  à l’hôtel suite à sa fusion avec le syndicat de la Fraternité canadienne des cheminots, qui éprouvait alors des difficultés financières, il y a maintenant près d‘une quinzaine d‘années.

Mais cette fois-ci, ce qu’il y a d’inédit, c’est que trois des quatre membres du comité de négociations, dont le président, ont décidé, de virer leur capot de bord, et ont commencé à militer pour la CSN ce qui veut dire que aux cours des prochains jours,  les employés vont être sollicités de toutes parts, pour ne pas dire harceler. Nous aurons droit d’un côté, à une «campagne de peur» de la part des TCA, qui diront que les cotisations syndicales de la CSN sont plus chères que celles des TCA,  et que lorsque la CSN est en grève, c’est parfois pour longtemps, à moins que le conflit entraîne la fermeture d’une usine ou d’une entreprise.

Les TCA tenteront même de nous convaincre, que les gens qui ont parti le bal, avaient peut-être des intérêts personnels pour agir ainsi, mais on ne connaîtra jamais les raisons réelles de cette trahison. Mais connaissant certaines de ces personnes et des gens qui gravitent autour d‘elles, je serais plutôt enclin à croire,  qu’elles aimeraient retourné à un réel syndicalisme de combat comme le Québec a connu dans les années 1960 et 1970, surtout que les TCA ont toujours dit qu’ils étaient un syndicat qui ne faisaient pas de concessions, et que les événements des derniers mois nous ont démontrés le contraire, quand les TCA ont consenti à faire des concessions dans le domaine de l’automobile afin de sauver l’industrie et des emplois.

De son côté, on va voir la CSN tenter de vendre leur salade. Selon des informations que j’ai obtenues, lors d ‘un congrès de la CSN qui s’est tenu à Québec, il y a quelques temps,  les délégués de la CSN qui résidaient à l’hôtel avaient laissé dans les chambres, des feuilles qui comparaient nos salaires  à ceux de l’hôtellerie de la CSN.

Le problème avec les tableaux comparatifs, c’est que la CSN a fait preuve d’une certaine malhonnêteté intellectuelle, en présentant les salaires que les employés allaient gagner, mais seulement une fois que leur convention collective  sera échue dans quelques années!

Toujours selon cette source, la CSN se serait engagée, à travailler pour préserver notre régime de retraite à prestations déterminées, ce qui veut dire que nous avons une rente de retraite garantie à la retraite. Pourtant c’est cette même centrale syndicale, qui il y a quelques années, a laissé tomber ce type de régime de retraite à l’Auberge des Gouverneurs de Ste-Foy, pour leur donner plutôt un régime de retraite à cotisations déterminées, c’est-à-dire que l’employeur s’engageait à donner le même montant de cotisation que l’employé, mais que  par contre, la rente à la retraite dépendrait des rendements des placements détenus dans le portefeuille de l’employé.

Il ne faut pas oublier, que dans une négociations, plusieurs choses peuvent se se retrouver sur la table de négociations, et rien n’indique  que le régime de retraite ne pourrait pas s’y trouver, surtout lorsqu’on sait que plusieurs entreprises se tournent désormais vers les régimes de retraite à cotisations déterminées, puisque le régime à prestations déterminées coûte trop chère à l’employeur, surtout lorsque le régime de retraite est en déficit actuariel, c’est-à-dire, il n’y a pas assez d’argent dans le régime pour payer les pensions des retraités et des futurs retraités, et que l’employeur a alors l’obligation, par la loi, d‘y investir les sommes d’argent nécessaires pour assurer les rentes de tout ce monde.

En optant pour la CSN, Les gens risqueront de perdre beaucoup. Les gens qui seront approchés pour changer de syndicat, ne devront pas avoir peur à poser des questions aux personnes qui les approcheront, afin de pouvoir faire un choix éclairé.

Politiquement, je reconnais que j’ai toujours eu plus d’affinité avec les énoncées politiques de la CSN, que par celles prônées par la FTQ, cependant, je considère que c’est pas suffisant pour vouloir changer d’affiliation syndicale, surtout qu‘en fin de compte, être syndiqué à la CSN signifie tout simplement qu‘on va avoir un «syndicat de boutique» qui sera affilié à la CSN, contrairement aux TCA où il y en a partout, et qui sont inter reliés et qui sont affiliés à la plus grande centrale syndicale c‘est-à-dire la FTQ.

#csn, #delta-quebec, #ftq, #maraudage

Hydro-Québec erreur de facturation…

Hydro-Québec vient de révéler qu’il y a 120 000 utilisateurs qui ne paient pas assez l’électricité en raison d’une erreur de calcul, et qu’ils verront bientôt leurs factures réajustées.

Est-ce que ça pourrait être possible que ces erreurs soient reliés à la mise à l’essai des nouveaux compteurs électronique? J’espère que non, sinon je risque d’avoir une bien mauvaise surprise, puisque  Hydro-Québec a décidé de changer mon compteur vers le milieu de l’hiver pour m’installer un compteur électronique.

Je me souviens qu’il y a plusieurs années, alors que je faisais partie du conseil d’administration de l’Association coopérative d’économie familiale de Québec (ACEF), on avait déjà eu l’occasion de discuter des compteurs, et on en était venu à la conclusion, que les compteurs traditionnels étaient plus fiables, que les compteurs électroniques.

J’ai déjà connu, il y a déjà près d’une dizaine d’année, un problème de facturation de Hydro-Québec, on avait pratiquement augmenter du double mon tarif d’électricité, il a fallu que j’aie un témoin, à l’époque c’était le responsable chargé du dossier de l’électricité à l’ACEF, et qui habite à quelques coins de rues de chez-moi, qui avait réglé le problème avec Hydro-Québec, il semblerait que l’erreur serait survenu, quand j’avais fait ma déclaration de consommation par le biais du site d’Hydro-Québec, parce que je n’avais pas été là, quand le préposé était passé pour prendre la lecture des compteurs.

#facturation, #hydro-quebec