Le Bloc en a rien à cirer de la protection des enfants

Les enfants sont tout ce qu’il y a de plus précieux, ils sont notre avenir, malheureusement, dans la société dans laquelle nous vivons, il y a toujours des prédateurs qui tournent autour d’eux, et il faut tout faire pour les mettre à l’écart pour longtemps, lorsqu’on les attrape.

Certains députés à Ottawa font des pieds et des mains pour protéger nos jeunes, et une d’elle est Joy Ann Smith qui est la députée conservatrice de la circonscription de Kildonan-St-Paul au Manitoba, qui a déposé au début de l’année, à titre personnel, le projet de loi C-268, qui préconise des peines d’emprisonnement minimales pour les gens reconnus coupables de certains crimes commis envers les jeunes de moins de 18 ans, notamment les crimes à caractères sexuels et le trafic d’enfants.

Tous les députés peu importe l’allégeance politique à la Chambre des communes ont voté en faveur de ce projet de loi en deuxième lecture, sauf le Bloc Québécois qui a préféré voté contre, à l’exception de Maria Mourani la députée de la circonscription d’Ahuntsic, qui par sa formation de sociologue et de criminologue spécialisée dans les gangs de rue, a décidé de voter en faveur de ce projet de loi, au risque de s’attirer les foudres du deGilles Duceppe et de son clan.

Le Bloc québécois répond que le système présentement en vigueur fonctionne, et que si les parents des victimes ne sont pas satisfaits des sentences, ils peuvent toujours demander à la couronne d’aller en appel!

Dire qu’à chaque élection, le Bloc Québécois aime répéter à satiété, qu’il est là pour défendre les intérêts des québécois. Mais cette fois-ci on dirait bien qu’il est allé contre la volonté de ses électeurs, qui ne veulent plus de sentence bonbon pour des crimes commis envers les enfants d’âge mineur.

Depuis maintenant plusieurs années, j’ai la conviction que le Bloc Québécois n’est plus une nécessité à Ottawa, et ce qui vient de se passer, ne fait que renforcer  cette conviction. Je crois que les gens qui se présentent pour le Bloc agissent avant tout par opportunisme parce qu’ils n’ont peut-être pas de place au Parti Québécois, et quand il y a des possibilités qui se présentent, ils abandonnent  leur siège à Ottawa, pour aller PQ.

C’est étrange que l’on en ait pas entendu parler dans les journaux ou encore aux bulletins de nouvelles télévisées, j’ai appris cette nouvelle en écoutant le FM-93 et en visitant certains blogues dont Bleu Québec et les Bleus.