Sur les programmes d’aide aux employés

Dans la vie trépidante de tous les jours, certaines personnes peuvent vivre des difficultés de toutes sortes: alcoolisme, toxicomanie, violence conjugale, problèmes à gérer ses problèmes de santé où celles d’un membre de la famille, et à l’occasion ces problèmes peuvent causer divers problèmes interpersonnels ou encore professionnels.

Il y a des employeurs qui ont déjà reconnu, qu’ils n’avaient pas les ressources nécessaires pour venir en aide à leurs employés, et souvent, ils référaient les employés vers des représentants syndicaux, qui les référaient à leur tour, vers les réseaux de délégués sociaux des syndicats, qui allaient par la suite les référer au besoin auprès des organismes communautaires où autres qui pourront leur donner de l’aide.

D’autres employeurs opteront pour mettre en place un programme d’aide aux employés (PAE), et ce même si dans l’entreprise, il y a des délégués sociaux. Mais j’ai toujours eu une certaine réticence à voir des PAE, parce que j’ai toujours cru que c’était la meilleure façon pour un employeur d’en connaître plus sur les problèmes de ses employés, et de peut-être se servir éventuellement de ses informations, pour entreprendre certaines mesures disciplinaires contre certains employés, mais lors de mes recherches, j’ai appris que les compagnies spécialisées qui offrent ce genre de service aux entreprises, indiquent que toute information recueillie restera confidentielle.

Malgré tout ce que j’ai lu, je ne peux m’empêcher d’avoir toujours un petit doute, puisque après tout, c’est l’employeur qui paie pour les services offerts par une compagnie spécialisée, et cette dernière doit vraisemblablement fournir des rapports généraux en ne mentionnant pas nécessairement le nom des personnes aidées, mais en mentionnant qu’elle a eu un certain nombre de cas de violence, de harcèlement, ou encore de toxicomanie où autre, et ça pourrait éventuellement lancer des spéculations afin de deviner qui connaît tel problème.

Quoi qu’il en soit, les employés  auront plus de choix pour aller chercher de l’aide, et ils pourront se tourner vers l’endroit, où ils se sentiront le plus à l’aise pour demander de l’aide.