Les partis d’opposition appuient les journalistes du Journal de Montréal

Lors de conflits de travail, il arrive souvent, comme lors du lock-out du Journal de Québec, de voir des partis politiques peu importe que ce soit au fédéral, au provincial ou au municipal refuser d’accorder des entrevues en guise d’appui pour les travailleurs.

Avec le conflit au Journal de Montréal, c’est encore la même chose, le journal «Le Devoir» nous apprend aujourd’hui que les partis d’opposition à Ottawa refusent d’accorder des entrevues aux cadres du «Journal de Montréal». Mais pour la députation du gouvernement conservateur, on ignore encore quelle est la consigne exacte.

Certains ministres ont refusé de répondre au journaliste du «Devoir», tandis que pour d’autres comme le ministre du revenu Jean-Pierre Blackburn, il prétend qu’il ne voit aucun problème à continuer à accorder des entrevues, «C’est toujours quelque chose de délicat, (…) mais en même temps, tant que les lois sont respectées, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas accorder d’entrevues.»

Pour le député et ministre de la défense déchu Maxime Bernier, il dit qu’il continuera de donner des entrevues au cas par cas, il a même dit: «Je n’ai pas de position de principe».

Avec ce genre de réaction de la part des membres du gouvernement conservateur, il est peu étonnant de voir, qu’il a essayé d’enlever le droit de grève dans la fonction publique.

P.S. Le gouvernement Charest a déjà invité ses ministres de ne plus accorder d’entrevue au Journal de Montréal.