Françoise David contre Sylvain Bouchard du FM-93

francoise-davidDepuis quelques jours, on entend beaucoup parler de Françoise David, qui ne prend pas du tout les propos que l’animateur de radio Sylvain Bouchard a tenus à son égard, et qui la traite de soviétique, et qui invite les élèves d’arracher une page de leur livre du cours Éthique et culture religieuse dans lequel se trouvait une photo de Françoise David., et qu’il en a même fait un concours.

Elle  ne prend pas le fait qu’elle soit accusée de soviétique, et peut-être a-t-elle raison de s’insurger, surtout quand on connaît un peu l’histoire de l’Union des des républiques socialistes soviétiques (URSS), mais sans vouloir défendre l’animateur, je ne peux prétendre qu’il a fait de la diffamation, puisque dans ma tête, ça voulait seulement dire,comme le prétend l’animateur, que Mme David est en fait une socialiste ou encore communiste surtout quand on connaît l’orientation de la formation politique de Québec solidaire, qui est tout de même passablement très à gauche de l’échiquier politique québécoise, et que de surcroît, il a accepté d’accueillir dans ses rangs le Parti communiste du Québec.

Je me rappelle que j’ai été membre pendant quelques mois de Option citoyenne de Mme David, c’est-à-dire avant la fusion de Option citoyenne et de l’Union des Forces Progressistes (UFP), qui allait devenir plus tard Québec solidaire, et si je me souviens bien, pour devenir membre de Option citoyenne, «il fallait s’engager à respecter toutes les notions politiques» de l’association, à l’époque j’avais accepté cette condition, mais avec du recul, je trouve que ça fait bizarre, puisque comme dans toute chose, il est plus facile de faire avancer les choses quand il y a plusieurs visions des choses et qu’on en parle, et comme le disait si bien le grand démocrate Winston Churchill: «Si deux hommes ont toujours la même opinion, l’un d’eux est de trop».

Mme David a invité la ministre de l’éducation Michèle Courchesne de s’impliquer dans le dossier, puisqu’on a incité des adolescents de secondaire 4 à détériorer des volumes, pourtant s’il faut en croire la photo du volume, tout laisse croire que le volume appartient à l’élève, et ce dernier peut alors bien en faire ce qu’il veut, et dans ce cas, est-ce-qu’on peut parler de vandalisme?